Bienvenue sur SATD ! Que votre journée soit douce mkeur
N'oubliez pas de remplir le code pour être ajouté au répertoire et trouver des liens plus facilement cutie

Partagez | 
 

 All my tears have been used up on another love (luke)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fée Clochette
ICI DEPUIS LE : 19/04/2016
MESSAGES : 278
MessageSujet: All my tears have been used up on another love (luke)   Mar 19 Avr 2016 - 22:22

Luke James Hopkins
Informations du personnage
Nom : Le jeune homme hérita du nom d'Hopkins. C'est simple direct et facile à prononcer. Il ne demande rien d'autres. ◦ Prénom(s) : Au départ, sa mère voulait l'appeler Lucas, mais son père n'était pas réellement fan. Après quelques discussions assez allumées parfois, ils ont choisi pour finir le prénom de Luke, comme une sorte de compromis à vrai dire. Son second prénom est James, il l'a hérité de son grand-père. Il n'y a trop rien à dire dessus à vrai dire. Contrairement à certains, ses prénoms n'ont pas d'histoire concrète et atypique. ◦ Âge : Il vient d'avoir vingt-sept ans, le petit. Cela commence à faire. Réellement. Les trente ans ne sont pas loin. Ca lui fait peur ? Non pas réellement, mais un peu quand même. ◦ Date et lieu de naissance : Il est né à Dublin, évidemment. Il ne l'a jamais quitté d'ailleurs. Depuis ce quinze décembre, il réside à Dublin. Point à la ligne. ◦ Nationalité et origines : Par conséquent, il est irlandais. Et de souche. Du moins de par sa mère. D'ailleurs, c'est bien rare qu'il n'est pas hérité de sa magnifique chevelure rousse. Non, lui est blond. Comme son père. D'ailleurs, ce dernier vient d'une famille d'anglais. D'où le nom à consonance anglaise. Ouais. ◦ Métier/études : Il adore enseigner. Vraiment. Pourtant cela ne fut pas une évidence. Il comprit que tardivement ce qu'il voulait faire. Mais il est bien vite devenu professeur de lettres. Les classes sont parfois difficiles mais cela n'entache pas sa passion des lettres. D'ailleurs, il commence à écrire de son côté. Oh pas beaucoup mais cela commence à ressembler étrangement à un début de roman. Étrangement. ◦ Statut marital : A vrai dire, cela fait plusieurs mois qu'il est en couple avec une magnifique jeune femme. Sinon, il est divorcé aussi. Son coeur est divisé ou du moins, il se ment un petit peu. Beaucoup en fait. Mais il est trop têtu pour s'en rendre compte. Réellement. ◦ Orientation sexuelle : Les femmes, les femmes et encore les femmes. Il n'y a pas à dire, il n'y a que les femmes pour lui. Vraiment. ◦ Groupe : Fée Clochette ◦ Crédits images : chandelier + tumblr
Anecdotes
1. Luke est un passionné de passions. Dans un sens du moins. En effet, le jeune homme s'intéresse à tout. Il n'y a pas un seul domaine qui le rebute. C'est vu comme une excellente qualité généralement, certes, mais certaines fois, cela peut-être réellement handicapant. En effet, par exemple, lors de ses études, tout le tentait, comme tout l'attirait. Que devait-il faire ? Où devait-il se diriger ? Il ne savait pas. C'est un peu comme la liberté d'indifférence de l'âne de Buridan. On a tellement d'option, qu'on ne sait où se diriger, alors du coup on stagne. Totalement. C'est ce qu'il s'est passé pour Luke. Heureusement, il a su résoudre le problème et sa passion de tout est redevenue une qualité, surtout dans son métier. 2. Il est passionné par la lecture. Réellement. Les grands classiques se bousculent sur ses étagères comme les plus contemporains. Il a pu lire de Platon en passant par Balzac ou encore Guy de Maupassant, pour finir à Stephen King. Il lit de tout le petit. D'ailleurs, c'est ça qu'il essaye de transmettre à ses élèves. C'est le plus important selon lui, c'est ce qui ouvre au monde. 3. En tant normal, il porte des lunettes. Néanmoins, c'est au début de l'adolescence qu'il a voulu se débarrasser de ces trucs. Ainsi, il porte des lentilles. Néanmoins, petit, ses lunettes n'ont jamais réellement été un problème. Non, personne ne l'a appelé "quatre yeux" ou encore "binoclard". Les lentilles étaient sans doute juste un moyen de dire "je suis grand maintenant". Néanmoins, il lui arrive certaines fois de remettre ses lunettes, le soir, pour reposer ses yeux. 4. Depuis quelques années qu'il exerce le doux et rude métier de professeur, une autre perspective s'impose petit à petit à lui. En effet, c'est presque une évidence, mais il ressent le besoin... D'écrire. Il a d'ailleurs commencé une petite -c'est un euphémisme- ébauche sur son ordinateur. Qu'est-ce qu'il a écrit ? A vrai dire, pour le moment, trop rien. Il s'inspire de tout : De sa vie, de ses rêves, de ses aspirations. Personne n'est réellement au courant de ça, pas même Lucy. Non, il préfère garder ça secret. A vrai dire, s'il était lucide pour une fois, il verrait que son histoire qui pourtant semble lacunaire est bien trop inspirée de sa propre histoire. Deux êtres dont le destin se joue d'eux, les entravant un peu plus loin l'un de l'autre. Oui, mais ça, il ne le voit pas. Du moins, pas consciemment. 5. Depuis son plus jeune âge, Luke sait jouer d'un instrument. A vrai dire, au départ, ses parents l'avaient inscrit à ce cours pour tenter de trouver une activité qui canaliserait un peu l'énergie débordante du petit garçon qu'il était. En fait, cela eut l'effet escompté et bien plus. A vrai dire, il se prit d'affection pour cet instrument si peu considéré par beaucoup. Pourtant, malgré cette douce passion, il n'a joué que devant de très peu de personnes. La seule réelle personne en dehors de ses parents à avoir eu ce privilège n'est autre que Lucy, sa meilleure amie. Il lui joua la berceuse de Brahms, célèbre classique. D'ailleurs, cette chanson la fait énormément penser à elle depuis. 6. Le jeune homme a toujours été un grand rêveur. Depuis petit, il se laisse bercer par ses songes. Il a toujours pris ses rêves au sérieux. Il trouvait cela à la fois énigmatique et tellement beau. D'ailleurs, selon le petit garçon qu'il était, chaque nuage était en fait un rêve. Ce dernier voguerait alors dans le ciel vers son chemin de l'oubli ou encore vers celui de l'accomplissement. Il se peut encore que certaines fois, il regarde le ciel, songeur à tout ça. 7. Sa soeur a toujours été une personne très importante de sa vie. En effet, les deux se sont toujours très bien entendus, ils sont très complices. Néanmoins, à l'adolescence, les rôles se sont comme qui dirait inversés. La grande soeur est devenue la "petite" soeur et inversement pour Luke. En effet, ce dernier s'est juré de protéger sa soeur comme un grand frère le ferait si bien. Cette "décision" ou plutôt ce revirement de situation s'est effectué lorsque la blonde a traversé quelques crises à l'adolescence : dépression ou encore problèmes de santé. D'ailleurs, ce changement agace certaines fois la jeune femme, mettant un peu de tension entre les deux. Mais, tout s'arrange bien vite entre les deux. Après tout, ils s'adorent.8. La caféine est une chose dont il ne peut pas se passer. Littéralement. Chaque matin, il a besoin d'avoir sa dose de café noir pour bien commencer la journée. Sans ça, il peut être très bougon. Généralement, dans ces cas-là, sa petite amie le taquine en le comparant à un ours en riant. C'est un assez belle métaphore. A voire si elle est vrai. 9. Luke a toujours été amoureux d'une seule et même femme, Lucy. Pourtant, cet amour ne s'est jamais exprimé au grand jour. Il a toujours pensé qu'elle ne l'aimait pas comme il l'aimait lui. Parce qu'il l'aime tellement... Il n'a d'ailleurs pas pu assister à son mariage. Non, il a prit le prétexte de son divorce, mais... Il se mentait à lui-même. Il veut son bonheur, il n'a toujours voulu que cela. Ainsi, il n'avait pas le droit de venir et de détruire la vie idyllique qu'elle semblait s'être construite. Alors, il tente de faire sa vie avec une autre femme pour tenter d'oublier la brune. Cela n'a pas marché une fois, d'où son divorce. La deuxième semble être la bonne. Il l'aime oui. Mais pas comme avec Lucy, ça, c'est sûr. 10. Il y a aussi une autre femme dans sa vie. Il l'aime énormément. Ce petit bout à peine plus haut que trois pommes attendrirait un régiment tout entier selon lui. Sa fille de deux ans et demi est tout pour lui. Il en a d'ailleurs la garde exclusive puisque la mère de la petite a préféré s'enfuir au Brésil avec un Italien tout droit sorti d'une carte postale juste après la naissance. Il n'a d'ailleurs plus réellement de contact avec cette dernière. Et c'est tant mieux selon lui. Rosie est sans aucun doute mieux sans elle. Y a-t-il de la rancoeur pour cet abandon ? Sans aucun doute que oui.
Pourquoi ce groupe ?
Luke, il avait une innocence avant, des rêves aussi. Il en a toujours un peu au fond de lui mais c'est dur parfois. Trop sans doute. Alors il essaye de s'y accrocher de toutes ses forces, pour ne rien lâcher prise comme certains. Oh non. Mais c'est dur, encore une fois. Il trouve le monde trop difficile parfois et aimerait tout lâcher, rien que pour voir, pour une fois. Mais la réalité le rattrape un peu, ou du moins l'onirisme et il se remet à rêver comme un enfant de ces jolis nuages d'antan. Mais cela ne dure que très rarement. Luke, c'est un rêveur passager avec une détermination -presque- sans faille.
Qui se cache derrière l'écran ?
Pseudo/Prénom : Chandelier (Marie) ◦ Âge : Dix-huit ans. ◦ Inventé, pré-lien ou scénario ? Scénario de Lucy, de base. ◦ Comment connais-tu le forum ? Par Lucy, héhé. ◦ Qu'en penses-tu ? Je l'ai déjà dit mais il est too cutie quoi. ◦ Acceptes-tu le doublon de prénom ? Arf.. Non, pas réellement. ◦ Un dernier mot :  slipPour le bottin :
Code:
<pr>Sam Claflin</pr> → <a href="http://scareawaythedark.forumactif.org/u8"><psebt>Luke Hopkins</psebt></a>



it's hard to wait around for something you know might never happen ; but it's even harder to give up when you know it's everything you want.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fée Clochette
ICI DEPUIS LE : 19/04/2016
MESSAGES : 278
MessageSujet: Re: All my tears have been used up on another love (luke)   Mar 19 Avr 2016 - 22:22

« I’ve learned that home isn’t a place, it’s a feeling. »

Funny how a melody sounds like a memory

2002. « Je t'interdis de te moquer d'accord ? » prévint alors le jeune blond en fixant sa meilleure amie du regard. Cette dernière acquiesça alors doucement de sa jolie petite tête, arborant un joli sourire. « Promis, Luke. Allez montre-moi. » Il sentit alors très bien l'insistance et surtout l'impatience que témoignait la jeune fille de quatorze ans. Il soupira alors doucement. « Je reviens alors dans deux secondes alors. » C'est sur ses paroles qu'il décida de quitter la pièce. Il fit quelques pas dans le couloir menant à sa chambre. Le premier placard qui se trouva à sa gauche fut bien vite ouvert et démuni de son contenu, c'est-à-dire d'un étui noir. Le pré-adolescent prit un bon coup avant de prendre délicatement l'instrument dans ses mains. Ca y est, on y était. Son coeur battait la chamade dans sa poitrine. Il tenait de se calmer. Mais c'était réellement beaucoup trop difficile. Après tout, c'était la première fois qu'il jouait pour un autre public que ses parents, sa soeur ou encore que son professeur de musique. Et puis, c'était Lucy. Il n'y avait qu'elle pour le mettre dans des états pareils. Il n'avait jamais réellement ressenti ce tract si oppressant, cette douleur au ventre qui lui donnait envie de vomir. Luke ne voulait pas la décevoir. Il referma alors un peu plus ses doigts sur le manche. Prendre confiance, c'était tout ce qu'il lui manquait à cet instant. Mais il ne se dégonflerait pas. Oh ça non. Il se releva alors et posa contre le mur avec sa main libre l'étui vide. Il positionna la mentonnière contre sa clavicule et, empoignant son archet, les premières notes s'élevèrent dans l'air. Il n'eut plus qu'à faire quelques pas pour se retrouver à nouveau dans le salon, devant sa meilleure amie. A vrai dire, son esprit était concentré sur ses doigts. Du moins pour le moment. Après tout, même s'il avait appris à jouer depuis enfant, il préférait ne pas faire de fausse note aujourd'hui. Son coeur battait toujours autant la chamade, ses mains étaient moites. Mais bizarrement, il se sentait bien. La musique coulait dans ses veines et chaque note remplissait la pièce d'une aura presque magique. Il ne vit même pas la tête émerveillée de la petite Lucy. Non, il était bien trop loin. Pourtant, toutes ses pensées, étaient dirigées vers elle. Aimait-elle ? Avait-elle toujours son sourire ? Ne le trouvait-elle pas un peu benet avec cet instrument ? Oui, toutes ces questions-ci tournaient en boucle dans son esprit tandis que la berceuse de Brahms poursuivait son cours. A vrai dire, il ne sut pas réellement pourquoi il avait choisi de lui interpréter ce morceau parmi tous ceux que son professeur lui avait sommé d'apprendre. Sans doute parce qu'elle lui en avait parlé quelques fois. Souvent même. C'est fou comme une simple petite musique peut-être aussi significative pour deux être aussi jeunes. Enfin, à ce moment-ci, ils ne le savent pas très bien. Ils ne sont encore que des gamins à peine entrés dans l'adolescence. Pourtant à chaque fois que cette mélodie sonnera à leurs oreilles, une foule de souvenirs se bousculera dans leurs têtes. Certains lieux, certaines paroles ramènent à des moments de joie ou même de peine. Cette berceuse était un peu leurs Seizième Quatuor et son « Muß es sein ? Es muß sein ! -Le faut-il ? Il le faut !- »  d'un certain Ludwig Van Beethoven qu'un auteur célèbre, Milan Kundera, reprendra dans son roman comme un rapport à la destinée des êtres. Lucy était un peu la Theresa de Luke. Mais ça, ils étaient encore trop petits pour le comprendre. Mais à présent, ils ne sont plus assez innocents pour le reconnaître.

Give love and forget that you gave it

2006. Luke sentait encore sur ses lèvres le goût fruité des siennes. Elle n'était plus là. Il était seul sur la piste de dance tandis qu'autour, les gens ne semblaient toujours autant insouciants, buvant et dansant comme précédemment. Pourtant, à présent, tout avait changé. Luke le sentait au fond de lui. Son regard ne pouvait se détacher de la direction vers laquelle Lucy s'était dirigée. Elle était partie. Ou plutôt, tout ça l'avait fait fuir. Il l'avait fait fuir. Plus minable que lui, il n'y avait pas. Il se sentait à présent tellement mal. Ce baiser avait semblé si réel, si beau, si... Vrai. Maintenant, que la tension était retombée, c'était stupide. Pourtant, il n'arrivait pas à regretter. Il avait tellement pensé à ses lèvres, à ce qu'il aurait ressenti à ce moment-là, à ce qu'il se passerait... Mais voilà. Cela s'était passé et rien. Nada. Elle était partie. Il avait vu dans ses yeux son malaise. Elle devait sans doute regretter. Après tout, elle avait bien bu ce soir. Trop sans doute. Cela les avait amené à faire un truc stupide. Demain serait sans doute un autre jour. Ils auraient tous deux un bon mal de crâne pour commencer et sans doute des souvenirs trop flous pour réellement s'en rappeler. Enfin... Luke reprit quelques peu ses esprits. C'était trop beau pour être vrai. Evidemment. Il fit quelques pas et préféra alors s'asseoir à une des rares tables vides du bar. Il n'avait plus le coeur à la fête. Non, tout lui semblait bien plus face, bien plus triste. L'alcool avait beau avoir toujours cet effet grisant, ce dernier semblait bien plus triste et plus déprimant qu'auparavant. Le moment était passé. Mais qu'est-ce qu'il lui avait pris sérieusement ?! S'il aurait pu, il s'en serait mis une tiens. Seuls son regard dur et sa mâchoire crispée traduisaient son état d'esprit. Imbécile tiens. Des pas le tirèrent de ses sombres songes. « Luke... » Il tourna la tête vers la jeune fille. Elle semblait mal en point. L'alcool devait déjà déverser ses effets néfastes. Après tout, il était déjà très tard. Elle n'eut pas besoin d'en dire plus. Il avait compris. Ils rentraient. C'était peut-être mieux ainsi. Il acquiesça doucement tout en se levant de sa chaise. « On rentre. » dit-il alors comme pour formuler oralement la demande de la jeune femme. Il savait très bien que reprendre la voiture dans son état, ou plutôt leur état, n'était pas des plus recommandés mais à vrai dire, presque étrangement, il se sentait bien plus lucide que jamais auparavant. Dans la voiture, un silence s'en suivait. Pour sa part, il préférait cela à des explications. Il n'avait pas envie d'entendre ce qu'elle lui aurait dit. Elle lui aurait dit qu'elle ne l'aimait pas ... Comme ça. Elle ne le considérait que comme son meilleur ami, rien d'autres. Qu'ils avaient une erreur. Qu'il fallait oublier. Pourtant, une chose était sûre : Il ne pouvait décemment pas oublier. Oh ça non. Au bout de quelques minutes de route, il tourna le regard vers la fille qu'il avait toujours aimée. Cette dernière s'était quelques peu assoupie, sa tête contre la vitre. Presque malgré lui, ce tableau si paisible le fit sourire. Lucy était tellement belle. Son visage apaisé, dépourvu des effets de l'alcool, semblait si doux et reposé. Il reposa alors son regard sur la route. La boisson avait totalement dépourvu son esprit. C'était bien là sa peine. Lucidité permettait les pensées, les pensées noirs s'invitaient dans son esprit. Il savait que tout cela ne serait qu'un "rêve". Un nuage qui prenait déjà le chemin de l'oubli, il en était sûr. Il avait raison, même si à vrai dire, il aurait préféré avoir tord pour une fois. Dans la voiture et même le lendemain, ils n'ont plus jamais reparlé de ce baiser. Luke n'avait pas oublié, il l'a toujours eu en mémoire. Pour Lucy, le petit nuage s'était déjà évaporé depuis longtemps.

Moving on doesn't mean you forget about things. It just
means you have to accept what happened and continue living

2009. La sonnerie à l'autre bout du fil résonna. Une fois. Deux fois. Le jeune homme attendit alors, presque impatient d'entendre ce fameux bruit de décrochage. Ce dernier survint presque quelques secondes plus tard. « Allô ? » Il sourit au son de sa voix. « Alors comment se passe la vie en Amérique ? » Il l'entendit rire. « C'est parfait, Luke. Tout est parfait. » Sa réponse le fit sourire. Après tout, Lucy était heureuse, alors il l'était aussi. Elle était une des seules personnes, exceptée sa soeur, à pouvoir lui transmettre sa bonne humeur. C'était presque comme un lien indescriptible entre eux qui s'était tissé, il y a bien longtemps déjà. « Tant mieux alors. Tant mieux. » Un petit silence de quelques secondes à peine se fit sentir. « D'ailleurs, tu sais, je n'ai pas reçu les dessins que tu m'avais promis la dernière fois. » Luke s'était toujours demandé à quoi ressemblait un travail comme celui de la jeune femme. Il avait toujours été impressionné par son talent, depuis la première fois qu'ils s'étaient tous deux rencontrés sur ce banc de l'école maternelle, sous le préau. Car oui, Lucy avait du talent. C'était indéniable. C'était une évidence pour lui que les Etats-Unis seraient son salut. « Oh. J'ai du oublié. Enfin maintenant, c'est trop tard, j'ai du les rendre à mon supérieur. Et puis après, tu sais, c'est un peu compliqué. Il ne veut pas réellement que cela sorte... Tout ça... » Le blond en resta songeur presque. D'ailleurs c'est à ce moment-là que la jeune Hayley, petite amie de Luke, fit son entrée dans la pièce. Le jeune homme tourna à peine un regard vers elle, ayant ce dernier au delà de la fenêtre. C'est la voix de la blonde qui le fit revenir à Dublin. « C'est Lucy ? » Il acquiesça doucement. Un grand sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme, et l'excitation se fit immédiate. « Alors, tu lui as dit ? Elle a dit oui ? » Il secoua négativement la tête. « Non pas encore. » Pas encore. Comment aurait-il pu sérieusement ? Malgré le fait qu'elle se trouvait à quelques milliers de kilomètres d'ici, ce genre de sujet avait toujours été pour Luke plus qu'épineux, douloureux. Lucy a toujours eu une place privilégiée dans son coeur. Peut-être trop. Inconsciemment, le jeune homme ne se rendait pas compte de cette place, ce qui aurait arrangé beaucoup de choses à vrai dire. Non. Pourtant... C'était compliqué. Cela l'avait toujours été depuis cette fameuse soirée de leurs dix-huit ans. Il fallait pourtant qu'il avance, qu'il oublie. Aller de l'avant était la meilleure solution pour lui. Après tout, Lucy ne ressentirait jamais ce qu'il ressentait lui. Alors à quoi bon hein ? Il reprit la parole. « Dis-moi, tu as toujours cette robe que tu mets pour les grandes occasions non ? » La voix de Lucy se fit tout de suite confuse. « Je... Hm... Oui, je crois. Mais pourquoi Luke ? Je ne comprends pas. Vous allez me l'expliquer à la fin ? » Hayley n'attendit pas son reste et avant que le blond ne puisse faire quoi que ce soit, elle lui prit le téléphone fixe des mains. « On va se marier ! » L'excitation et l'impatience étaient à leur apogée chez la blonde. Pour sûr. Luke put néanmoins entendre la réponse de son amie. « Wouah. C'est génial ! » Génial oui. Il allait se marier. Que pouvait-il rêver de mieux hein ? Sa vie devrait être parfaite, il devrait rayonner de bonheur. Pourtant, il savait qu'en lui demeurait toujours une petite part d'ombre qui l'empêchait d'être complètement heureux et surtout d'avancer.

Take me to church

2010.  Le dos bien droit, les mains derrière le dos comme le voulait l'usage, il souriait. Son regard était rivé sur la grande porte qui bientôt s'ouvrir sur une silhouette bordée de blanc. Il attendait ce moment avec presque fébrilité. D'un instant à l'autre, sa vie basculerait à jamais. Il ne pouvait faire un pas en arrière, retrouver son passé, annuler ses choix. Il était là, debout, prêt à accueillir sa future femme dans l'édifice religieux. Presqu'instinctivement son regard chercha celui de sa meilleure amie. Elle était là, assise à quelques bancs plus loin, le sourire aux lèvres. Elle semblait heureuse, toujours aussi ravissante. Elle vit son regard, elle hocha doucement la tête, sans pour lui dire que tout irait bien. Voyait-elle son inquiétude ? Sans doute. Il sourit avant de détourner le regard. Aujourd'hui, il allait se marier. C'était du moins ce qu'ils avaient tous prévu non ? Il n'avait pas le droit de penser à autre chose, de faire des suppositions ou encore de partir dans ses pensées trop longtemps. Cette journée devait être consacrée à sa femme et uniquement, elle. Il le savait. Alors, il patientait pour qu'enfin elle fasse son apparition. S'il avait pu, il aurait déjà pris ses jambes à son cou. Pourtant, il restait de marbre. C'est fou comme certaines fois, inconsciemment, le corps était beaucoup plus raisonnable que le cerveau. Chaque bruit raisonnait dans l'édifice. Il entendait presque son propre coeur battre la chamade. Respire, Luke, respire. Les invités étaient eux aussi sur le qui-vive. C'était imminent. D'ailleurs, à peine quelques secondes de plus et l'orgue entamait déjà la marche nuptiale. Elle était là. La femme qu'il aimait était là. Elle apparut devant lui dans un halo de lumière de la rue. Elle était rayonnante et radieuse dans cette robe de mariée. Il découvrait cette dernière comme le voulait la tradition. Il la trouva encore plus belle qu'au lendemain de leur rencontre. Dans quelques minutes, elle serait sienne pour toujours. Comme lui serait sien pour toujours. Cette pensée lui donna presque le vertige. Il tenta de l'ignorer tandis que la jolie blonde faisait ses premiers pas dans le chemin de l'église au bras de son paternel. Chaque pas effectué la rapprochait un peu plus de Luke, chaque pas resserrait le coeur du jeune homme. Ce moment était indescriptible. Tant de sentiments et de pensées se bousculaient dans sa tête. Trop sans doute. Alors, il n'en ressortit qu'une émotion. Celle de l'amour. Il aimait Hayley. Elle le faisait rire, elle était magnifique, elle le connaissait par coeur. Elle l'aimait. Il se concentra sur ça et uniquement ça. La blonde était maintenant à moins de cinq mètres de lui. Le père de la jeune femme vint alors déposer le bras de sa fille sur celui de Luke, non sans adresser un sourire à ce dernier. Le prête les attendait à présent, un sourire bienveillant sur le visage. Il entama son discours, bien que tristement célèbre. Une des dernières phrases s'adressa à l'audience. Le blond retint son souffle. Ce fut plus fort que lui. « [...] Si l'un d'entre vous connaît une raison valable qui s'oppose à leur union légitime, qu'il parle maintenant, ou qu'il se taise à jamais. » Le silence perdura dans l'église. Bien évidemment. Il s'attendait à quoi hein. Sombre idiot tiens. Bien évidemment, elle était restée assise sur son banc, à sa place, le sourire aux lèvres. Pourquoi se serait-elle levée pour parler ? A quoi bon hein ? Elle est déjà heureuse dans sa vie, elle n'avait pas besoin de lui. Peut-être avait-elle rencontré quelqu'un hein ? C'était assez étrange, mais ce jour-là, Luke réussit à réellement prendre conscience que tout cela était ridicule. Qu'il devait cesser de se torturer l'esprit et surtout le coeur pour rien. Certes, Hayley n'était pas Lucy. Mais elle devrait lui suffire. Il l'aimait après tout non ? Ca, il en était sûr. Ainsi, ce jour-là, un nuage vola bien plus haut que les autres comme s'il s'enfuyait pour disparaître, se cacher. Pour se faire oublier à jamais. Exactement comme ses sentiments pour Lucy.

The littlest feet make the biggest footprints in your heart

September 2013. « Tu n'oublies pas de lui donner son biberon à quatre heures hein ? Ses couches sont dans le premier tiroir. Tu te rappelles comment on fait ? Si tu veux, je peux te remontrer. » demanda alors la jeune femme. Luke ne put alors s'empêcher de sourire devant l'inquiétude de sa femme. « Je saurais me débrouiller, ne t'inquiètes pas. Et puis si tu continues, tu vas être en retard » Il posa doucement ses mains sur les épaules de cette dernière et la reconduit dans l'entrée où encore sa valise l'attendait. Un sourire trônait sur son visage. « Appelle-moi quand tu seras arrivée surtout. Ton séminaire s'arrête demain après midi non ? Tu seras de retour demain soir ? » La jeune femme acquiesça doucement de la tête. « Oui.Soyez sages surtout. » plaisanta-t-elle alors doucement. Le jeune homme prit la petite main de sa fille, cette dernière étant paisiblement dans un porte-bébé, et fit le signe militaire. « Oui, chef. » Hayley rit. Comme au revoir, elle déposa un baiser sur la joue de la petite Rosie et embrassa alors son mari. Ce séminaire d'Histoire ne devrait pas durer une éternité. Du moins, Luke l'espérait. C'est la première fois qu'il se retrouvait complètement seul avec sa fille âgée d'un mois à peine. Est-ce que cela lui faisait-il un peu peur ? Dans un sens oui. Tous les pères ont toujours le désagréable pressentiment de faire tout de travers. Par exemple, combien d'histoires comme ça se finissaient alors avec une maison sans dessus-dessous, un papa complètement exténué sur le canapé, et l'enfant bien trop heureux de se promener dans l'appartement, les fesses enrobées d'une couche extrêmement mal mise. Certes. Mais d'un autre côté, il n'en était pas moins heureux. Que pouvait rêver de mieux un jeune papa qu'une petite après-midi père-fille ? Ils allaient surement s'amuser devant Oui-Oui. Luke sourit. Il regarda alors sa femme leur donner un dernier petit signe avant de descendre les escaliers menant à la porte d'entrée de l'immeuble. Il referma alors la porte, tournant à présent son regard sur sa fille. Cette dernière semblait paisible à gigoter comme elle le faisait, souriant comme un nourrisson pouvait le faire. « Bon. A présent, ma petite Rosie, c'est entre toi et moi. » La petite émit alors un petit son gutturaux de satisfaction. Luke emmena sa fille dans le salon. Il la déposa doucement dans son petit lit à roulettes où un mobile attira tout de suite le regard de la petite. Rosie bailla alors, son petit nez se retroussant. Les enfants avaient beau être la plupart du temps aussi énergiques que des piles électriques, ils détenaient le record du monde de vitesse d'endormissement. Ca c'était sûr. Luke se détacha alors du petit berceau pour s'asseoir à nouveau à la table en verre du salon devant son ordinateur. Être professeur n'était pas de tout repos. Même quand on était jeune papa. Pourtant, aujourd'hui, il avait décidé de prendre une petite pause. En effet, il cliqua sur un dossier, puis un fichier. Bien vite, un traitement de texte fit son apparition. Déjà quelques pages s'y bousculaient. Bien d'autres s'en rajouteraient, Luke en était certain. Réfléchissant un instant puis une grande inspiration comme pour se donner du courage, il ne marqua qu'une seule et unique phrase. Pourtant, cette dernière était si lourde de sens. Il ne pouvait indéniablement pas l'ignorer, c'était sûr. Ainsi, cliquant une par une sur les touches : Now life has killed the dream I dreamed.

Sleeping is nice. You forget about everything for a little while

November 2013. Luke descendit alors les escaliers. La tête encore enfarinée, il tenta de se réveiller en passant une main sur son visage. En vain. C'est à croire que certains matins, le corps refusait de se réveiller. D'ailleurs, Hayley devait déjà être réveillée. La place à côté de lui dans le lit conjugal s'était retrouvée vide à son réveil. Sans doute était-elle dans la cuisine, luttant contre le sommeil. Après tout, depuis la naissance d'Hayley, depuis trois mois, les nuits se faisaient courtes. Ils se relayaient certes, mais même quand c'était au tour de l'un, l'autre était quand même réveillé. Avoir un enfant n'avait jamais été de tout repos, c'était bien connu. Enfin... Luke franchit à présent la porte de la cuisine. Ou du moins, fit-il juste un pas dans la pièce s'arrêtant. Hayley était bien là. Elle semblait même affairée. Ses cheveux blonds étaient tirés en chignon, et sa robe virevoltait quelques peu au gré de ses mouvements. Elle ne le vit même pas trop occupée sans doute. Pourtant, à vrai dire, ce ne fut pas réellement elle qui attira son regard mais plutôt la valise. Sa valise. Cette dernière, elle ne la prenait que pour les grands voyages et du plus loin qu'il s'en souvenait, ils n'avaient pas prévu de partir. Une évidence vint s'insinuer dans son esprit. Pourtant, il la refusa catégoriquement. Il ne voulait pas, non non et non. Pourtant, cela semblait si évident et si... Dur. Malgré sa gorge qui devenait de plus en plus sèche, quelques mots réussirent à passer la barre de ses lèvres. « Hayley, qu'est-ce que tu fais ? » La blonde en sursauta presque. Elle se tourna alors vers son mari. Ses lèvres ne s'étirèrent pas en un sourire et ses traits étaient tirés. Luke croisa les bras. « Luke, je... » Elle semblait chercher ses mots, voire même, elle hésitait. « J'en peux plus. Je dois m'en aller. » La première bombe fut lancé. Dévastatrice, Luke en resta pourtant de marbre. Qu'en était-il de son coeur ? Il l'avait abandonné, le lâche. « Alors, ça se finit comme ça. Tu pars alors que ta fille et ton mari, ou peut importe, dorment. Comme... Une lâche. » Ses mots étaient presque teintés d'un dégoût. Une certaine animosité réelle commençait à s'insinuer dans son être. Luke n'en croyait presque pas ses oreilles. « Ecoute, Luke, tout ça... C'est trop pour moi. J'ai l'impression d'étouffer. Ce n'est pas la vie que je voulais mener. Chaque jour, je me lève avec la boule au ventre. Chaque jour, j'ai l'impression que je ne suis pas à ma place. J'en peux plus. Je vais craquer, Luke. » Étrangement, le visage du jeune homme semblait serein, ou du moins neutre. Pourtant, à l'intérieur, il bouillonnait. Les mots de sa femme étaient semblables à des coups de couteaux en plein coeur. Crèves-coeur. « Alors, tu préfères tout plaquer. Comme ça... Et Rosie, tu y as pensé à Rosie, ta fille. Notre fille ? » Un silence suivit alors ses paroles. Le regard de Luke affrontait celui d'Hayley. Ils ne flanchaient pas. « Je n'ai fait que penser à elle. C'est mieux pour tout le monde. » Tout le monde. Etait-elle sérieuse ou se payait-elle sa tête ? Son visage traduisait un certain mal être mais l'était-elle réellement ? Elle le quittait, voilà ce qui était en train de se passer et elle osait lui dire que 'c'était mieux pour tout le monde' ?! « Hayley, tu as réellement réfléchi à tout ça. On est mariés, on a une fille. Et tu veux tout plaquer ? Je t'aime bordel ! » La rage semblait lui faire déverser des flopées de mots, de paroles. Il n'en avait presque plus conscience, tellement ses pensées se déversaient à une vitesse folle. Elle n'avait pas le droit de lui dire ça. Non, non et non. C'était hors de propos. Fou. Insensé. Impossible. « Luke ! » l'interpella-t-elle alors, le faisant arrêter dans son monologue qui en devenait presque ridicule. « J'ai rencontré quelqu'un. » La deuxième et dernière bombe explosa en plein coeur. Un silence presque morbide suivit ses paroles. Avait-il bien entendu ? Il avait peine à croire. Ce n'était pas possible. Pas elle. Pas Hayley. Ce genre de scènes, on les voit souvent à la télévision. Mais la réalité était tellement pire. Les sentiments étaient mille fois plus puissants et destructeurs. Les paroles étaient des couteaux, les silences des bourreaux. Les dernières paroles d'Hayley mirent un terme définitif à la conversation, comme une guillotine sur leur relation. C'était fini. Une certaine désolation s'affichait alors dans le regard de la jeune femme. Luke détourna les yeux, pour les reporter sur le sol. Elle le quittait pour un autre. Il entendit à peine alors les bruits des talons et des roulettes sur le sol et enfin, le bruit de la porte d'entrée. C'était fini. Luke pensait rêver. Cauchemarder serait même le terme le plus exact. Quand il s'assit à la table de la cuisine, ne tenant plus sur ses jambes, le poids de ses sentiments étant trop lourds à présent pour ses épaules, son regard fut attiré de suite vers deux bouts de papiers posés sur la surface. Les papiers du divorce. Une lettre d'adieu. S'il avait pu, Luke en aurait presque rit. Pourtant, rien ne voulut sortir. Ses sentiments se débattaient comme des lions à l'intérieur de lui mais... Rien ne sortait. En un instant, sa vie venait d'être pulvérisé et il était simplement assis à la table de la cuisine. Soudain, il se leva et prit avec lui les derniers restes de sa relation avec Hayley. Il se dirigea d'un pas décidé vers le salon. Là, la cheminée faite la veille brûlait toujours d'une énergie fébrile. Presque rageur, il envoya alors balader cette soit-disant lettre et les papiers administratifs. Si elle voulait divorcer, très bien. Mais, cela serait à elle de lui donner les papiers en main propre, face à face. C'était tellement plus simple de fuir hein. Il prit alors le tisonnier pour remuer un peu le tout. Il finit par la suite par s'asseoir sur le sofa. Cette journée commençait définitivement mal. Il s'allongea. Pourtant, quand il posa sa tête sur le cousin, un bout de papier vint le gêner. Fronçant les sourcils, il le retira. Le faire-part de mariage. Lucy. Son regard resta alors fixe sur l'enveloppe. C'était fou comme certaines fois des simples bout de papier pouvaient définitivement détruire une vie, des sentiments. Un coeur.

A real man will be honest no matter how painful the truth is

Beginning of 2014. « J’ai divorcé, Lucy. » Un silence suivit ses mots. « Ça fait quelques mois. A peu près à la même période que lorsque tu m’as dit que tu étais fiancée… Je ne voulais pas te le dire… Désolé de ne pas être venu à ton mariage. » Après cela, il ne lui donna même pas le temps de répondre. A quoi bon ? Ils n'avaient plus rien à dire. Elle vivait la meilleure période de sa vie et lui la pire. C'était tout. Rien à ajouter ou à retirer. Son téléphone atterrit bien vite sur le lit, jeté nonchalamment par son propriétaire. Il n'avait pas besoin de savoir l'heure qu'il était pour savoir qu'il était tard. Le décalage entre Chicago et Dublin, était un peu comme opposé lui aussi. Le jour et la nuit. Lucy et Luke. A croire que chez eux, au fil du temps, tout avait fait dans le sens contraire. Petits, ils avaient été aussi inséparables que les cinq doigts de la main. Mais à présent... C'était une toute autre histoire. Chacun faisait sa vie de son côté, à des millions de kilomètres l'un de l'autre. Ils ne pouvaient lutter contre ça. C'était sans doute leur destin après tout. Qui pouvait se prétendre plus fort que la destinée hein ? Personne. Il soupira doucement en reposant alors sa deuxième bouteille de bière sur le rebord boisé de la fenêtre, son regard plongé au dehors. Certains affirmaient que la douleur pouvait passer après quelques temps. Mais quand exactement. Cela faisait déjà quelques mois qu'Hayley était partie avec un homme, et Luke avait l'impression que son coeur avait été brisé la veille. L'amour rendait stupide, aveugle. Cela faisait mal. Trop mal. Parce que le blond n'avait pas seulement été brisé sentimentalement. Il en avait pris pour son grade. Il s'était pensé enfin posé, ayant la vie qu'il avait voulu -ou presque-. Il s'était senti heureux à cette période de sa vie où tout lui avait souri. Et puis, il y avait eu... Ça. Et puis ceci aussi. Parce que Luke avait mal deux fois aujourd'hui. Après tout, il avait aimé Hayley. C'était un fait indéniable. Rosie en était la preuve vivante selon lui. Mais Lucy.. C'était Lucy. Beaucoup disent qu'on n'oublie jamais réellement son premier amour. C'était totalement vrai. Malgré tous les efforts incommensurables pour tenter de cacher, détruire, enfouir ses sentiments, ils étaient toujours bel et bien là à son plus grand désarroi. Et aujourd'hui, elle avait dit oui à un autre. Luke était-il jaloux de ce dit 'autre' ? Sans aucun doute. Celui-là la rendait heureuse, il faisait son bonheur. Non, lui, Luke. Alors oui, il était jaloux. Oh, il aurait pu prendre ce fichu avion pour s'opposer à tout ceci. Il aurait pu oui. Mais il aurait détruit son bonheur. Lucy était heureuse. Elle avait la vie qu'elle avait toujours voulu aimer avoir. Sa vie professionnelle marchait du tonnerre de dieu aux Etats-Unis, et voilà qu'elle venait de trouver l'amour. Pourquoi aurait-elle voulu qu'il vienne à faire tout ceci, détruisant ainsi tout ce qu'elle s'était évertuée à construire elle-même hein ? Ce n'était que de l'égoïsme. La jeune femme ne méritait pas ça. Si son bonheur était avec cet homme, il n'avait pas le droit de se mettre entre eux. Oh ça non. Doucement, il préféra abandonner ce vieux paysage d'hiver pour se concentrer sur la pièce. Enfin, en omettant les cartons qui traînaient ici et là évidemment. Il était presque heureux que Rosie soit chez Oona, sa soeur. Cette dernière s'était proposée de la garder pour laisser le temps à Luke de peaufiner l'appartement qu'il venait d'acquérir à son divorce. Il en remerciait presque sa soeur intérieurement. Ses mains vinrent parcourir lentement les quelques boites cartonnés. Ses doigts s'arrêtèrent alors sur ce qui était une surface dure, et une matière qu'il reconnaîtrait entre toute. Il en sortit alors son étui à violon. Cela lui arrivait de jouer pour Rosie, pour l'aider à s'endormir. Mais pas plus. Ainsi bien vite, l'instrument tant chéri se retrouva dans ses mains. Il empoigna l'archet. La mentonnière en place, bien vite, ses doigts vinrent se positionner et sa main droite vint doucement caresser avec l'archet. Une douce mélodie s'en extirpa. Pure, douce et innocente. Plus rien ne comptait autour de lui. Il était totalement pris par les notes. Un seul et unique souvenir se dégagea alors de cette mélodie. La berceuse de Brahms. Cette musique lui rappelait tellement Lucy. Néanmoins, presque étrangement, cela lui fit du bien. La musique apaise les moeurs comme on dit si bien. Mais c'était bien plus que cela. C'était leur morceau à eux. D'ailleurs, peut-être que de là où elle était, la jeune femme pouvait entendre ces douces notes à son oreille. Ces douces notes qui en ce moment-même semblaient si blessées et mélancoliques.

It's hard to fall in love again when you're still attached to your past

June 2015. La petite blondinette courut alors se réfugier dans les bras de son père dès qu'elle le vit entrer dans la classe. « 'Gade, 'gade. » prononça-t-elle alors de sa petite voix fluette alors que son père la prenait dans ses bras. De sa petite main potelée, elle agitait une feuille de papier. Luke sourit doucement et prit cette dite feuille. Cette dernière était alors un joli dessin de sa fille. « Tu as fait un très beau dessin, ma chérie. » La petite sourit, contente d'elle-même. Néanmoins, une voix vint alors tirer les deux de leur contemplation d'oeuvre d'art enfantine. « Vous êtes Monsieur Hopkins, le papa de Rosie ? » Luke, se retourna et se retrouva alors face à une jeune femme. Il la reconnut comme étant une des "maîtresses". Enfin si tel était le bon mot pour désigner les personnes qui s'occupaient de petits groupes d'enfant à la crèche. Pourtant, cette dernière n'était pas censé être celle qui s'occupait du groupe des lionceaux, celui de Rosie. « Oui, c'est bien moi. » finit-il par acquiescer. « Je suis Mademoiselle Berry. Je remplace Mademoiselle Singer pour ce jour, puisqu'elle était malade. Je voulais vous parler de Rosie. » Luke fronça doucement les sourcils. Que voulait-elle ? A chaque fois que cela concernait sa fille, il montait tout de suit sur ses grands chevaux. Sans doute son instinct paternel qui ressortait. « Il s'est passé quelque chose aujourd'hui ? » demanda-t-il alors presque inquiet. La jeune femme sembla alors quelques peu gênée ou du moins, mal à l'aise. Cela ne fit rien pour diminuer l'interrogation de Luke. « Je préférerais vous parler en privé. » Son regard dévia alors vers les autres parents présents dans la salle, et les enfants bien évidemment. Alors il la suivit, sa fille toujours dans les bras, et le petit manteau à la main. Ils se retrouvèrent alors dans un bureau dont la porte fut bien refermée par cette dite Mademoiselle Berry. Pour plus de facilité et pour ne pas que la petite entende leur conversation, le blond déposa sa fille devant une petite table à sa taille où quelques feuilles blanches et des crayons de couleurs traînaient. Rosie n'en fut plus que ravie et entreprit sa prochaine oeuvre d'art de suite. Son père, quant à lui se tourna vers la jeune employée de crèche qui lui pria de s'asseoir en face d'elle. « Aujourd'hui, avec mes collègues, nous avons remarqué un comportement assez inhabituel chez Rosie. Est-ce qu'elle a déjà mordu quand elle est avec vous ? » Plus direct, il n'y avait pas tellement à vrai dire. D'ailleurs, la surprise sembla peindre les traits du jeune papa. « Non. Pas vraiment. Elle a mordu un de ses camarades ? » demanda-t-il, toujours inquiet. Après tout, quand on annonçait ça à un parent, ce n'était jamais bon n'est-ce pas ? Et la réponse qui suivit ne le fit que le conforter dans son idée, malheureusement. « Non. Pas un camarade. A vrai dire, Rosie m'a mordue. Vous dites qu'elle ne l'a jamais fait à la maison ? » « Jamais, non. » répondit-il catégorique. « Il y a plusieurs facteurs pour ce genre de situations. A la vue de l'âge de Rosie et de son développement au niveau du langage, je dirais qu'elle n'est pas dans le cas de la recherche d'attention. Certains enfants mordent pour être écoutés, à défaut de pouvoir les exprimer par des mots. » A vrai dire, Luke se sentait perdu. Si cela n'était pas ça, c'était quoi hein ? « Mais si ce n'est pas ça, qu'est-ce donc alors ? Rosie n'a jamais mordu qui que cela soit. C'est une enfant sage. » se justifia-t-il alors. La maîtresse en face de lui sembla prendre une inspiration, cherchant sans doute ses mots. Il attendit patiemment. « Il y a peut-être une autre explication. Vous savez, quand les enfants sont dans un état de stress, ou encore dans une situation inhabituelle, ils ont tous un système d'auto-défense si vous voyez. C'est sans doute ce que Rosie a fait. Tout se passe bien à la maison ? Il n'y a pas de problèmes qui pourraient se répercuter sur Rosie ? » questionna-t-elle alors. Luke sembla quelques peu déstabilisé par ces dernières paroles-ci. Pourtant, il essaya de ne rien laisser paraître, comme à son habitude d'ailleurs. « Je ne vois pas. Tout va bien. » La jeune femme pencha alors légèrement la tête. « Peut-être du côté de la maman alors ? » demanda-t-elle. Alors là, il ne s'y attendait pas. Ce genre de sujet n'était jamais abordé ici, tous connaissant la situation de la famille Hopkins de par le dossier. Enfin apparemment, cette Mademoiselle Berry faisait exception à la règle. Damn it. « Il n'y a pas de "maman". Elle est partie quand Rosie avait trois mois. » Voilà, c'était dit. Pouvait-on passer à autre chose non ? A vrai dire, il serait assez étrange de dire qu'une conversation sur une morsure d'enfant, qui en fait était juste l'unique fois, finissant sur le désert de figure maternel déboucha sur une histoire d'amour. Oui vraiment étrange. Pourtant, c'est ce qu'il se passa. Luke et Eileen, tel était le prénom de Mademoiselle Berry, furent pris eux-même de court. Mais quand ils s'en rendirent compte, il était déjà trop tard.

That's your life. But is it the right life ?

December 2015. Son bras se posa doucement sur sa taille, tandis que la jeune femme dormait paisiblement. Il se sentait bien, à ses côtés. D'ailleurs, cette dernière se retourna vers lui et lui sourit, ses yeux bleus dans les siens. Ces moments de tendresse, il les aimait énormément. A vrai dire, dans tout début de relation, ce genre de moment était un véritable délice tant dans le présent que dans le passé. « Bien dormi ? » demanda-t-il alors avec un petit sourire. « Comme un petit bébé. » répondit-elle alors. « Comment ne pas dormir si bien ici hein ? Il faudra que tu me dises chez qui tu as acheté ton matelas. » tenta-t-elle alors de plaisanter. Le jeune homme rit à sa remarque. « Ça, c'est un secret. » chuchota-t-il presque en rapprochant ses lèvres des siennes, son sourire s'agrandissant. La jeune femme lui donnait un nouveau souffle. Littéralement. Cela faisait déjà un peu plus de cinq mois qu'ils se connaissaient qu'il avait l'impression de la connaître depuis toujours. Néanmoins, sans doute pour ne pas faire la même erreur deux fois, les deux habitaient pour le moment chacun de leurs côtés. Eileen passait de temps en temps la nuit ici, comme la nuit dernière, mais pas tout le temps. L'excuse trouvée pour les deux était : Rosie, la fille de Luke. Il ne voulait pas la brusquer ou la déstabiliser. Ils faisaient des petits pas chaque jour tous ensemble. Comme on dit doucement, mais surement. La jeune femme fit alors une petite moue. « C'est déloyal d'utiliser le chantage... » Pourtant, à peine avait-elle commencé sa phrase qu'une petite tornade blonde survint dans la pièce et atterrit dans le lit de deux places. « Noyéééééééééééél » avait crié la petite en entrant. Les deux adultes ne purent s'empêcher de rire aux éclats en voyant l'enthousiasme débordant de la filette. C'est vrai, c'était Noël. Luke et Eileen en avaient presque oublié la date. « Cadeaux, cadeaux, cadeaux. » scandait alors la petite en s'immisçant entre les deux. Ils savaient tous les deux que quand cette petite boule d'énergie était en action peu de choses la retenait. Leur moment privilégié à deux était fini. Mais, c'était ça, sa vie. Luke jonglait entre sa vie de père et celle de sa relation naissante, voire assez bien installée avec Eileen. Il ne pouvait décemment pas perdre. Et il ne le faisait pas d'ailleurs. Il était heureux totalement. Que pouvait-il demander de plus hein ? Sa fille le comblait de bonheur et Eileen... C'était une femme extraordinaire. Elle n'était pas Hayley. Il savait qu'il pouvait avoir confiance en elle. D'ailleurs, sinon pourquoi ne se serait-elle pas enfui quand Luke lui avait dit que Rosie était sa fille hein ? Eileen était une fille bien, il le savait. Il ne pensait pas au futur pour le moment. Il vivait juste et profitait intensément de ces moments si précieux que la vie lui donnait. Pour le moment, c'était le plus important selon lui. Il penserait après.



it's hard to wait around for something you know might never happen ; but it's even harder to give up when you know it's everything you want.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Capitaine Crochet
ICI DEPUIS LE : 15/03/2016
MESSAGES : 934
MessageSujet: Re: All my tears have been used up on another love (luke)   Mar 19 Avr 2016 - 22:29

LUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUKE !!!!!! gaah JE SUIS TON PERE clac
(Pardon, automatisme -> mdr )

Bienvenuuuue ! hug
Je suis trop contente que tu sois lààà ! tombe bug On va enfin pouvoir jouer nos loulous ! yipi
Je vais m'empresser de relire ta fiche parce que blblbl mdr
Breeef bon courage pour la fin huhu J'ai hâte de commencer les rps love
rainbow

BTW, la musique du titre french



Bad timing tore us apart
Look, if you reject him now, he’s gonna make it his life’s mission to go out there and meet the most perfect, beautiful girl in the world just to try and get over you. And he’ll end up marrying this other woman and spending the rest of his life with her. And you know, he’ll tell himself that she’s perfect and he really must be happy, but she won’t be you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fée Clochette
ICI DEPUIS LE : 12/03/2016
MESSAGES : 555
MessageSujet: Re: All my tears have been used up on another love (luke)   Mar 19 Avr 2016 - 22:35

bienvenue chez toi chaton leche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fée Clochette
ICI DEPUIS LE : 19/04/2016
MESSAGES : 1034
MessageSujet: Re: All my tears have been used up on another love (luke)   Mar 19 Avr 2016 - 22:56

Welcooooooooooooooome toi !! gaah yipi ayah


Δ WITH YOUR LOVE, NOBODY CAN DRAG ME DOWN
And yeah I’ve let you use me from the day that we first met but I’m not done yet falling for you fool’s gold © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fée Clochette
ICI DEPUIS LE : 19/04/2016
MESSAGES : 278
MessageSujet: Re: All my tears have been used up on another love (luke)   Mer 20 Avr 2016 - 0:20

Moooh vous êtes tous adorables franchement, merci merci de votre accueil à tous. hug hrt

+ Lucy, oh punaise, tu m'as littéralement achevé avec ton Dark Vader aha. mdr
Hâte de pouvoir -enfin- rp avec tooooi. slip



it's hard to wait around for something you know might never happen ; but it's even harder to give up when you know it's everything you want.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Capitaine Crochet
ICI DEPUIS LE : 15/03/2016
MESSAGES : 934
MessageSujet: Re: All my tears have been used up on another love (luke)   Mer 20 Avr 2016 - 0:32

Bienvenue parmi nous !!
Dark Vador achève tout le monde héhé -à part ça, à cause de toi j'écoute Boom Clap mé mdr -
Bref, c'est toujours un plaisir de relire ta fiche ! J'aime tellement cette histoire, sérieusement cute On va pouvoir les joueeeeer !! gaah Et Lucy va pouvoir détester poliment Eileen siffle
Evidemment je te valide huhu


Te voilà validé(e) ! Mais ce n'est que le début de ton aventure sur SATD ! Tu peux maintenant créer ta fiche de liens pour qu'on puisse venir te proposer des liens avec les autres personnages ! N'oublie pas non plus de recenser le métier et le logement de ton personnage, ça peut aussi aider pour les liens. Tu peux par ailleurs créer le téléphone de ton personnage, pour plus de réalisme ! Et si tu as envie de t'amuser un peu autrement qu'avec les rps, et de connaître un peu les membres du forum, viens nous rejoindre dans la partie détente ! Sur ce, nous te souhaitons la bienvenue sur SATD, en espérant que tu t'y plaises et que tu t'amuses.



Bad timing tore us apart
Look, if you reject him now, he’s gonna make it his life’s mission to go out there and meet the most perfect, beautiful girl in the world just to try and get over you. And he’ll end up marrying this other woman and spending the rest of his life with her. And you know, he’ll tell himself that she’s perfect and he really must be happy, but she won’t be you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: All my tears have been used up on another love (luke)   Mer 20 Avr 2016 - 0:34

Bienvenue parmi nous, Claflin et Collins quoi bug
Je shippe déjà à foooooond inlove

P.S : Je voulais mélanger vos prénoms pour vous trouver un nom, et puis finalement quand on mélange Lucy et Luke ça fait Lucy ou Luke mdr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fée Clochette
ICI DEPUIS LE : 19/04/2016
MESSAGES : 278
MessageSujet: Re: All my tears have been used up on another love (luke)   Mer 20 Avr 2016 - 0:38

Lucy, TROOP COOOOOOL.inlove

C'était gratuit la chanson. ange
Je suis validééééée, merci. calin


Hestia, faut penser à Get Lucky pour leur ship. siffle



it's hard to wait around for something you know might never happen ; but it's even harder to give up when you know it's everything you want.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: All my tears have been used up on another love (luke)   

Revenir en haut Aller en bas
 

All my tears have been used up on another love (luke)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pixels Pirates vs Obsolete Tears
» trip tears drop
» 2010 - Multiple Tears
» 2011 - Ellowyne Wilde - Tears of endearment
» Les jeux et console Pirate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SATD :: Time to begin, isn't it ? :: Le commencement :: Fiches validées-