Bienvenue sur SATD ! Que votre journée soit douce mkeur
N'oubliez pas de remplir le code pour être ajouté au répertoire et trouver des liens plus facilement cutie

Partagez | 
 

 (lucidney) take my hand and we'll be alright

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fée Clochette
ICI DEPUIS LE : 12/03/2016
MESSAGES : 555
MessageSujet: (lucidney) take my hand and we'll be alright   Lun 23 Mai 2016 - 12:40

Take my hand and we'll be alright
You gotta realize that soon the fog will clear up
Lucy Donegan ✧ Sidney Doherty

c'est la dernière ligne droite. les examens de fin d'année, les derniers que j'aurais à passer de ma vie, tout du moins d'un point de vue scolaire. manny est bien plus stressée que moi et je ne parle même pas d'alexis. j'avoue chercher à les éviter ces derniers temps parce que ce n'est pas ce qu'il y a de mieux pour ma concentration et mon moral. alors, le soir, je passe le plus de temps possible avec owney, mais ça, c'est aussi parce que j'en ressens le besoin irrésistible. enfin ça, c'est autre chose et je refuse d'y penser parce que ce serait le summum de toute perte de concentration. et puis, j'ai demandé au patron de travailler plus souvent aussi. manny, elle fait la gueule mais je sais que ça lui passera. elle sait que ce n'est pas méchant, il faut juste qu'elle digère la séparation. c'est owney qui est content de la situation : il me voit plus souvent et on bosse ensemble quasiment tous les soirs maintenant alors c'est tout bénéfique pour lui. je le vois bien à son sourire et ce regain d'énergie. il me rend complètement barjo ce type, il faut que j'arrête de penser à lui. concentration j'ai dit, c'est le mot d'ordre. une nana de ma promotion m'interpelle, elle a besoin d'un coup de main avec une partition difficile. ça, ça me changera les idées et m'occupera pendant un petit moment. j'accepte avec un grand sourire et me met en quête d'aider la demoiselle en détresse.

sid, j'aurais b'soin d'toi ce soir, t'es dispo ? quand le boss appelle, c'est pas bon signe en général. soit owney est absent, mais ça, ça m'étonnerait, je serais au courant déjà et j'aurais sauté sur l'occasion, soit il n'a pas envie d'en ramer une mais ça, ça m'étonnerait bien aussi parce que niveau présence, le boss, il est tout le temps là, soit on a une grosse soirée ce soir et monsieur aurait besoin de mes petits bras musclés en plus. mais carrément même. j'passe vite fait à l'appart' et j'arrive. je récupère mon sac en quatrième vitesse, coince mes partitions et autre livres sur l'histoire de l'art et prends la direction de la sortie du conservatoire. tu m'sauves la vie princesse. à toute. princesse. j'suis pas une princesse et il sait que ce surnom m'énerve. il m'énerve bon sang. avant que je n'ai le temps de répliquer, il a déjà raccroché. il me connait à présent. des fois, il me laisse déblatérer tout mon laïus et autres insultes et ou remarques désobligeantes, le téléphone posé sur le comptoir pendant que lui, s'occupe de refaire les stocks. comment je le sais : il me l'a déjà dit très clairement, owney de même et je l'ai pris en flagrant délit. enfoiré. enfin, mieux vaut en rire qu'en pleurer, ce serait bien déprimant dans le cas contraire.

je suis passée à l'appartement, comme convenu. manny n'est pas encore rentrée. je pousse un soupire parce qu'après tout, elle me manque, même si c'est moi qui ai mis de la distance entre nous le temps de mes examens. je file prendre une rapide douche et revêtir une tenue plus adaptée à la barmaid que je suis : jean slim, top échancré dans le dos, bottines à talons. un maquillage léger mais qui met tout de même en valeur mes yeux verts et je décide d'attacher mes cheveux en une queue de cheval haute. un dernier coup d'oeil dans le miroir de l'entrée, je suis prête à prendre mon service. je laisse un petit mot sur ce même miroir à l'attention de ma meilleure amie. j'suis au bar, besoin d'aide. à plus. je t'aime. je dessine un coeur au rouge à lèvres et plaque ma bouche sur le miroir pour y laisser la forme de mes lèvres. elle va râler pour le miroir mais elle trouvera ça mignon alors elle ne m'en voudra pas trop. me voilà enfin partie. j'ai quinze minutes d'avance. timing parfait.

la soirée est, en effet, intense. il y a du monde et une soirée spéciale a été organisée pour je ne sais plus trop quelle raison, alors les habitués se mêlent à l'évènement et c'est assez sympa de voir tout ce rassemblement de gens qui ne partagent pas grand chose, si ce n'est une tournée générale, gracieusement offerte à tour de rôle. l'ambiance est garantie et tout se passe pour le mieux, aucun débordement à signaler pour le moment. le boss est en alerte tout de même et je ne me gêne pas pour le targuer de compliments tous aussi désobligeants les uns que les autres. ça le fait marrer, c'est le principal. de retour derrière mon comptoir, je me faxe entre owney et le meuble où sont disposés les verres. il fait exprès de me bloquer le passage, comme d'habitude. cette fois-ci, j'ai profité du fait qu'il soit occupé avec un client pour passer, ni vu ni connu. je retrouve ma zone de confort et mes yeux s'attardent sur la jeune femme qui attend patiemment son tour. je veux bien admettre que j'ai la mémoire courte, mais elle, elle ne s'oublie pas si facilement. je penche la tête sur le côté et arbore mon plus beau sourire. à force, il faudra que je porte plainte pour harcèlement. que je lâche en me positionnant à sa hauteur. je plaisante, bien évidement et les traits de mon visage sont plus que détendus, ainsi que le ton de ma voix, afin de pencher la balance vers la taquinerie. cette jeune femme, je l'ai rencontrée dans un magasin de musique. elle était derrière un piano et je venais jeter un coup d'oeil aux guitares. manny, toujours présente, m'a collé un instrument dans mes mains et m'a poussé vers la demoiselle. c'est comme ça qu'un duo improvisé est né dans cette boutique. je l'ai revue au conservatoire il y a peu. c'est là que j'ai appris son prénom. c'est la troisième fois en si peu de temps, je suis en droit de douter quand même. qu'est-ce que je peux t'offrir lucy ? ai-je demandé en posant mes mains sur le comptoir, ce sourire refusant de quitter mes lèvres. elle m'avait l'air complètement paumée l'autre jour et je me dis qu'une si jolie demoiselle, toute seule dans un bar, il va falloir que je la protège de tout ce beau monde, sait-on jamais.

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Capitaine Crochet
ICI DEPUIS LE : 15/03/2016
MESSAGES : 934
MessageSujet: Re: (lucidney) take my hand and we'll be alright   Mar 7 Juin 2016 - 23:46



take my hand and we'll be alright
Sidney & Lucy
Elle avait désespérément besoin de boire. C’était comme si sa gorge lui criait alcool et elle acceptait bien volontiers. Elle ne buvait pas, avant, il était rare de la voir soûle, et elle dépassait rarement la bière, ou un verre de vin. Pourtant, depuis son retour, depuis que Noah était réapparu, lui aussi, elle avait comme un besoin de se consumer un peu plus, une envie de se plonger dans l’alcool tête la première et s’enfermer dans sa bulle d’oubli quitte à finir ivre morte. Niahm était là pour elle, pourtant, et elle avait retrouvé Luke, mais ce n’était pas suffisant. Il y avait tant de blessures qu’elle gardait pour elle, dont elle ne pouvait absolument pas parler. Il n’y avait rien à faire, dans toute cette histoire, elle était bien seule au final. Elle se promenait dans la ville en se sentant comme une étrangère dans sa propre ville, un regard las posée sur le rivage. Elle ne dessinait plus tellement non plus. Tout ce qu’elle était, tout ce qui la constituait, tout était parti en fumée, et elle ignorait ce qui pourrait l’aider aujourd’hui, ce qui pourrait la sauver. Elle avait même atterri quelques temps plus tôt dans un magasin de musique, à pianoter sur les touches d’un piano qu’elle n’aurait jamais le plaisir d’acheter, une mélodie depuis bien longtemps oubliée, sa mélodie, leur mélodie, la berceuse de Brahms. Elle en connaissait les notes par cœur, et avec presque envie de demander à Luke de les lui rejouer sur son violon, ignorant même s’il l’avait toujours avec lui. Tout était si différent aujourd’hui, elle semblait morte au milieu du grouillement des passants.

Elle avait finalement franchi les portes du Temple Bar, la soirée déjà bien débutée sans qu’elle ne l’ait vraiment vue arriver. Elle ne se préoccupa même pas du monde qu’il pouvait bien y avoir, ni du programme spécial prévu pour ce soir, et atterrit directement au bar, où un barman lui demanda bien vite ce qu’elle voulait. Elle aurait souhaité répondre qu’elle désirait un retour en arrière, mais ç’aurait été hors de propos. Alors, elle commanda simplement de la tequila, quelque chose d’assez fort, elle l’espérait pour oublier le temps d’une soirée où elle était rendue dans sa vie. Sa commande arrivée, elle vida son verre cul-sec avant de le fixer distraitement. Elle ne cessait de se demander comment elle en était arrivée là, et comment faire pour changer les choses. Elle pensa à fuir une nouvelle fois, à l’autre bout du monde s’il le fallait, tout en sachant qu’elle ne le ferait jamais. Elle était revenue maintenant, il était trop tard pour repartir après avoir revu tout le monde, particulièrement Luke et Niahm. Elle savait que ces deux-là ne lui pardonneraient pas de repartir sans leur laisser le moindre mot. Niahm comprendrait peut-être, mais Luke, lui… Partir, ce serait faire un trait définitif sur lui, et ça, elle n’était pas prête à l’accepter. Elle avait envie de l’appeler, ce soir, de tout lui raconter, de fondre en larmes dans ses bras et qu’il la serre fort. Elle était à deux doigts de céder, mais ne pouvait s’y résoudre. Il avait fait sa vie avec une autre, pour la deuxième fois, il ne l’avait pas choisie. Son téléphone sur le comptoir, devant elle, à côté de son verre, elle le fixait comme si elle attendait un signe. Rien, l’écran restait noir, et son verre était vide.

Elle n’avait aucune idée de combien de temps elle avait passé comme ça, les yeux rivés sur son téléphone, lorsqu’une fois familière, ou presque, la réveilla, lui faisant lever les yeux sur une jeune femme à la chevelure rousse. Il lui fallut quelques instants pour sortir de sa léthargie et analyser ce qu’elle venait de lui dire, et la raison de sa remarque. Puis, elle comprit finalement, et un sourire apparut au creux de ses lèvres. « Que veux-tu, une fan ne manque jamais une occasion de recroiser l’objet de sa fascination ! » Elle éclata de rire avant de concentrer son attention sur Sidney, qu’elle croisait ce soir pour la troisième fois par hasard. Elle était présente, le jour où Lucy s’étant rendu dans ce magasin de musique pour jouer la Berceuse de Brahms, et avait même improvisé un duo avec elle lorsqu’elle avait changé de musique. Puis elles s’étaient revues au conservatoire, et maintenant ce soir. La vie avait un drôle de sens de l’humour. Ce fut à ce moment-là qu’elle remarqua le monde qu’il y avait au pub, et du brouhaha ambiant qu’il y régnait. Sidney lui demanda ce qu’elle voulait et elle esquissa un sourire légèrement triste. « Une meilleure vie ? » Elle lâcha un petit rire avant de l’étouffer pour reprendre son sérieux. « Je tourne à la téquila ce soir alors… Je veux bien un téquila sunrise ? » Histoire de ne pas prendre que des shots et se retrouver ivre morte un peu trop vite. « Tu travailles ici, donc ? » Même si c’était évident, elle posa tout de même la question. « Un soir comme celui-ci, ça ne doit pas être évident… » Elle marqua une pause en tournant son regard sur la foule de clients, recentra son regard sur son verre en lissant son doigt sur son tour, et releva le regard sur elle. « Vous ne cherchez personne pour travailler ici, par hasard ? » Elle avait parlé d’un air dépité, n’ayant plus vraiment d’autre option que de chercher un travail qui n’avait pas de lien avec son métier d’origine, mais personne ne semblait intéressé par ses dessins, ou ce qu’elle avait déjà fait. Qui sait, peut-être qu’ici, on voudrait d’elle ?
Codage par Emi Burton



Bad timing tore us apart
Look, if you reject him now, he’s gonna make it his life’s mission to go out there and meet the most perfect, beautiful girl in the world just to try and get over you. And he’ll end up marrying this other woman and spending the rest of his life with her. And you know, he’ll tell himself that she’s perfect and he really must be happy, but she won’t be you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fée Clochette
ICI DEPUIS LE : 12/03/2016
MESSAGES : 555
MessageSujet: Re: (lucidney) take my hand and we'll be alright   Mer 6 Juil 2016 - 11:34

Take my hand and we'll be alright
You gotta realize that soon the fog will clear up
Lucy Donegan ✧ Sidney Doherty
l'objet de sa fascination ? à ce point là ? et ben, va falloir que je songe à me trimballer avec chauffeur et gardes du corps si ça commence comme ça. et aller, remettons-en une couche. après tout, autant en rire qu'en pleurer. la jeune femme qui se tient devant moi, malgré son éclat de rire et la luminosité qui règne sur son visage, me semble totalement détruite. comme si elle portait le poids du monde sur ses frêles épaules. je ne la connais pas, ou alors très peu, mais je peux affirmer sans une seule hésitation que ce ne doit pas être facile pour elle en ce moment. j'ignore ce qui se passe dans sa vie et je ne m'attarde jamais sur ce genre de chose, à moins que les gens m'en parle, je ne préfère jamais rentrer dans les détails, des fois que ce soit déplaisant. oui, je sais, il m'arrive d'être une véritable commère, mais ça, c'est uniquement quand on vient se confier à moi. et surtout suivant les informations que l'on me confie et la personne concernée aussi. faut pas déconner non plus. un minimum de jugeote ne peut pas faire de mal. bref. un sourire toujours accroché à mes lèvres, je lui demande ce qu'elle veut boire et sa réponse me fait un pincement au coeur. une meilleure vie. ouais, si seulement cela pouvait être aussi simple. j'ai pas ça en stock mais j'peux toujours faire en sorte que pour ce soir tu passes un bon moment sans te soucier du reste. ma voix se veut apaisante, presque rassurante. une promesse à peine dissimulée. je n'aime pas voir les gens dans un état pareil, ça me fend le coeur. peut-être parce que je suis passée par là, moi aussi, mais que l'issue a été bien plus réjouissante pour moi. ou alors c'est juste mon optimisme qui me pousse à vouloir rendre la vie des gens meilleure. je ne sais pas, mais, en attendant, j'ai bien l'intention de redonner le sourire à la jolie brune qui me fait face. et une tequila sunrise pour la d'moiselle. je tapote le comptoir avec entrain avant de m'affairer à ma tâche. en deux temps et trois mouvements, le cocktail de la jeune femme est déposé entre ses mains. avec le temps et l'expérience, je crois que je pourrais faire les trois quart des commandes les yeux fermés. enfin, question de dextérité et d'entrainement surtout. si je vous racontais mes débuts, vous ririez à gorge déployée et puis je ne vous parle même pas du rire d'owney qui me poursuivrait jusqu'à la fin de mes jours. et ouais, c'est mon petit coin de paradis. grand sourire. disons que la plupart des gens que tu vois ce soir, ce sont des habitués. pour les autres, j'crois que c'est un enterrement de vie d'garçon. on a vu pire et on a vu mieux aussi. tout va bien pour l'instant, on a pas trop à s'plaindre. je hausse les épaules. c'est vrai que parfois c'est difficile à gérer, on a besoin que le boss soit avec nous. visiblement, là, on gère. faut voir plus tard. la question suivante me fait arquer un sourcil. elle vient vraiment de me demander un job ? ah ça, j'en ai pas la moindre idée. tu vois le type qui tire la tronche et qu'on dirait qu'il va bouffer quelqu'un ? bah lui, c'est l'patron. je fais un signe de tête en direction de mon boss. c'est vrai qu'il pourrait faire peur comme ça, mais c'est un gros nounours en vrai. si, si, je vous le jure. je sais, il ne donne pas spécialement envie comme ça mais j't'assure qu'il vaut le détour. j'lui poserai la question mais j'peux rien te garantir. je hausse les épaules mais une parole est une parole. j'en toucherai deux mots et advienne que pourra par la suite. t'es déjà passée derrière un comptoir avant ? simple question de curiosité. bah quoi, il va bien falloir que je la vende à mon patron s'il veut lui faire une place. au pire, je me porterai garante pour elle s'il le faut et puis il fermera sa bouche et point barre. ouais, si je veux, je peux y arriver. elle n'aura qu'un mot à dire et la machine sera lancée.

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Capitaine Crochet
ICI DEPUIS LE : 15/03/2016
MESSAGES : 934
MessageSujet: Re: (lucidney) take my hand and we'll be alright   Lun 18 Juil 2016 - 14:51



take my hand and we'll be alright
Sidney & Lucy
La remarque de la rousse la fit sourire. C’est vrai que dans d’autres circonstances, il y aurait moyen de s’inquiéter de recroiser trois fois la même personne en si peu de temps et dans une ville aussi grande. Heureusement, elle n’avait pas spécialement l’air d’une psychopathe et leurs rencontres étaient toujours le fruit du pur hasard. Elle fut surprise de la voir barmaid, ce soir, alors qu’elle l’avait vue au conservatoire et dans un magasin de musique quelques temps plus tôt. Quelque part, elle lui imaginait un métier dans la musique. Elle lui demanda ce qu’elle voulait et Lucy ne put s’empêcher de répliquer qu’elle voulait une meilleure vie. Elle ne la connaissait pas, après tout, elle pouvait bien le dire. Si seulement on pouvait avoir une meilleure vie aussi facilement que de boire un cocktail dans un bar, pensa-t-elle. Elle n’était pas là pour s’apitoyer, mais elle était profondément déçue. Déçue de sa vie, des Etats-Unis et ses promesses, déçue de son mariage, de son ex-mari… Et sa déception la plus grande : elle-même. Elle s’était créé des illusions, un semblant de rêve américain qu’elle avait poursuivi les yeux fermés, et voilà où elle en était maintenant, totalement brisée, à fuir son ex-mari violent qui avait fini par la retrouver. Ca avait quelque chose d’ironique, dans un sens. Elle n’avait pas le cœur à en rire, elle. Sidney lui affirma que, s’ils ne pouvaient pas servir de cocktail pour une vie meilleure, elle pouvait au moins lui fournir de quoi oublier pour ce soir. Elle esquissa un petit sourire en hochant la tête un peu tristement avant de prendre finalement sa commande. Elle avait toujours adoré la couleur du tequila sunrise. Il portait bien son nom, évidemment. Son cocktail devant elle, elle s’abaissa, joignant ses mains sur le bord du comptoir en y posant la tête pour regarder ce qu’elle s’apprêtait à boire.

Elle questionna Sidney sur son métier, et vu l’ambiance de ce soir, ça ne devait pas être si facile. Elle lui expliqua qu’il s’agissait d’un enterrement de vie de garçon et Lucy eut presque envie de rire. Elle ne croyait plus en grand-chose, elle, et le mariage restait selon elle une belle bêtise. Elle se remit droite sur sa chaise, prit une gorgée de son cocktail en admirant d’où venait l’agitation du bar. « Au moins ils ont l’air de bien s’amuser… » Le futur marié était facilement repérable, l’air un peu absent, à sourire malgré tout de toutes ses dents, au milieu du groupe qui ne cessait de le féliciter. Elle se détourna pour faire à nouveau face au comptoir, et à Sidney, avant de lui demander s’ils cherchaient du travail. Elle n’avait jamais spécialement pensé à travailler dans un bar, mais vu ses maigres moyens en ce moment, elle ne ferait pas la difficile. La rousse lui montra celui qu’elle désigna comme le patron du bar et le sang de Lucy se glaça légèrement. Il avait l’air… froid, disons. Ou peut-être était-ce sa peur des hommes qui la faisait le voir de la sorte. Son inquiétude devait se lire sur son visage puisque Sidney tenta de la rassurer. « Comment ça, il vaut le détour ? J’veux dire… C’est vrai qu’il a l’air un peu… bougon, disons. » Elle esquissa un sourire, un peu intimidée. Il fallait vraiment qu’elle se débarrasse de sa peur un jour. Il y aurait un long chemin à parcourir avant qu’elle ne guérisse.

A la question de Sidney, elle répondit par un sourire malicieux. « Jamais pour les boissons, en tout cas. » Elle avait le vague souvenir d’un petit-ami barman, des années plus tôt. Elle ne s’était jamais réellement intéressée à son métier, et il n’avait jamais tenté de lui apprendre, non plus. Comment s’appelait-il déjà ? Même ça, elle avait oublié. « Mais bon, je ne demande qu’à apprendre ! Je suis ouverture à tout, il est temps que je me trouve un boulot pour payer correctement mon loyer. » Les temps étaient durs, et plus elle cherchait dans son domaine, moins elle trouvait. L’alimentaire, c’était tout ce qui lui restait à faire. « Je ne suis pas spécialement maladroite, j’apprends relativement vite… Il faut peut-être que je travaille sur le social mais… » Elle lâcha un petit rire. Oui, c’est sûr, le social, c’était son énorme point faible en ce moment. Mais qui sait, le comptoir et ce patron bougon la protégeront peut-être assez pour qu’elle gagne en confiance. « Et je ne suis pas encore alcoolique ! » Pas encore, mais si elle continuait comme ça, elle pourrait bien le devenir à la longue. La tentation d’oublier était forte, il fallait bien l’admettre.
Codage par Emi Burton



Bad timing tore us apart
Look, if you reject him now, he’s gonna make it his life’s mission to go out there and meet the most perfect, beautiful girl in the world just to try and get over you. And he’ll end up marrying this other woman and spending the rest of his life with her. And you know, he’ll tell himself that she’s perfect and he really must be happy, but she won’t be you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fée Clochette
ICI DEPUIS LE : 12/03/2016
MESSAGES : 555
MessageSujet: Re: (lucidney) take my hand and we'll be alright   Ven 22 Juil 2016 - 15:53

Take my hand and we'll be alright
You gotta realize that soon the fog will clear up
Lucy Donegan ✧ Sidney Doherty
oui, en effet, le groupe venu célébrer cet enterrement de vie de garçon semblait s'amuser. c'est bien, il y en a au moins qui ont le sourire. il faut bien que certains tombent dans le panneau, sinon ce n'est pas drôle à bien y réfléchir. je hausse les épaules. l'idée du mariage ne m'a jamais effleuré l'esprit, et, encore, faudrait-il que je trouve la personne pour qui je pourrais tout sacrifier. ces gens-là existent, c'est clair, mais, entre ma meilleure amie, ma mère et mon cousin, il n'y a pas de quoi crier au mariage. en fait, je trouve cette idée totalement absurde. c'est vrai, après tout. si l'on s'aime assez fort pour rester en couple, un bout de papier ne devrait rien y changer. parce qu'à mes yeux, le mariage, ce n'est qu'une bague et un bout de papier. dépenser une fortune pour une cérémonie où seront réunis les gens que l'on aime et ceux que l'on a l'obligation d'inviter, jouer avec les imprévus et surtout ne pas craquer. voir les gens s'émerveiller ou alors critiquer ce jour qui devra, soit disant, être le plus beau de toute une vie. non, je ne vois rien de bien intéressant dans cette célébration. à mes yeux, si, aujourd'hui, on se marie, c'est juste pour faire comme tout le monde. je ne fais jamais rien comme tout le monde, c'est bien connu. m'enfin, après tout, s'il est heureux ainsi, j'en suis ravie. j'aime voir les gens heureux, ça embellit mes journées. que je finis par conclure, un sourire en coin au bout des lèvres. le monde devrait être heureux. même si je suis passée par quelques galères, je ne désespère pourtant pas de voir un jour un sourire sur tous ces visages bien ternes. l'espoir fait vivre à ce que l'on dit. je suis sauvée de ce côté-à alors.

lucy m'a surprise en me demandant si l'on ne cherchait pas une serveuse de plus. je lui ai donc montré, d'un coup de tête, mon patron qui, malgré sa froideur apparente, n'en restait pas moins une perle. il fait le méchant comme ça, mais je t'assure que ce n'est qu'une apparence. il dit que c'est pour dissuader les clients de faire les malins mais en vrai, ce n'est rien d'autre qu'un véritable nounours. on pourrait aisément ressentir l'admiration que j'ai pour ce type qui m'a sorti de ma misère quand j'ai débarqué, planquée derrière mon collègue, pour un entretien d'embauche. je n'avais absolument aucune expérience et pourtant cela ne l'a pas empêché de faire de moi sa petite protégée. autant dire que, quand il est dans les parages, je n'ai aucun problème quant à ma condition de barmaid. il veille au grain et je ne sais pas vraiment ce que je ferais s'il n'assurait pas mes arrière. bon, il est clair que je sais me défendre toute seule mais avoir du soutien n'est jamais déplaisant. j'ai une totale confiance en lui et je sais qu'il ne m'arrivera jamais rien. c'est un chien de garde, il fait son métier et jouant ce rôle de gros dur c'est tout. je tente de rassurer la brunette comme je le peux parce qu'il faut qu'elle comprenne qu'elle n'a rien à craindre de ce type, malgré cette apparence quelque peu douteuse.

afin de pouvoir vendre la demoiselle auprès de mon patron et espérer lui décrocher un emploi, je lui demande si elle est déjà passée derrière un comptoir avant. je dois engranger quelques informations pour savoir comment tourner les choses. sa réponse semble lourde de sens, ce qui a le don de m'échapper un rire léger. ouais, je vois bien c'que tu veux dire. que je m'empresse d'ajouter. oui, c'est l'un des avantages de sortir avec un barman. ça m'est arrivée, une fois et une fois seulement. un jeu à la con, un coup d'un soir après une rupture douloureuse. manny m'avait dit de foncer, que ça ne me ferait pas de mal, et le pire, c'est qu'elle avait totalement raison. lucy m'a ensuite expliqué la raison de cette demande particulière. les temps sont durs, il ne faut pas se leurrer et elle se rabat sur ce qu'elle trouve, sur le premier boulot qui passe. je comprends. je suis passée par là moi aussi et sans ce job, je suis certaine que je serais encore logée chez mes parents et ça, ce n'était pas une option envisageable. enfin, si j'avais su, j'aurais peut-être dû y rester, chez mes parents. la relation que j'entretiens avec mon père est loin d'être au beau fixe mais, rien que pour ma mère, j'aurais pu rester si elle ne m'avait pas encourager à quitter le foyer familiale. et puis, plus tard, il y a eu alexis et c'est là que j'ai regretté de ne pas être là pour lui. fort heureusement, je ne vis pas bien loin et je peux donc être là le plus souvent possible, au risque que ma meilleure amie fasse la gueule, mais ça finit toujours par lui passer. travailler dans un bar, c'est la meilleure façon de faire du social, je peux te le garantir. alors là, il n'y a pas meilleure vérité que celle-ci. il n'y a qu'à voir tous ces gens qui, un coup dans le nez, se confie assez facilement et ne demande qu'à écouter les conseil du type qui leur sert un verre. pas encore ? moi derrière ce comptoir, j'peux te garantir que j'arrêterai de te servir avant que ce seuil ne soit dépassé. clin d'oeil à son attention. c'est ma petite marque de fabrique. je triche sur les quantités quand la personne commence à être un peu trop imbibée, ça ne se voit pas et ça évite les mauvais désagréments. je vais voir ce que je peux faire pour toi. je sais ce que c'est et si je peux aider, je le ferai avec grand plaisir. un sourire sincère illumine mon visage. je sais, je suis un ange. si cela pouvait lui rendre son sourire, je le ferais sans hésiter. je vous l'ai dit, mon ambition première est de redonner le sourire à la planète et, sans mentir, j'ai un boulot monstrueux à faire.

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (lucidney) take my hand and we'll be alright   

Revenir en haut Aller en bas
 

(lucidney) take my hand and we'll be alright

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Second Hand Rabbit - How to Setup
» God Hand
» Wavrin 2 - Espace Hand Pevele
» Check this hand cause I'm marvelous !
» Contre Espace Hand Pévèle...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SATD :: DUBLIN, IRELAND :: TEMPLE BAR :: The Temple Bar-