Bienvenue sur SATD ! Que votre journée soit douce mkeur
N'oubliez pas de remplir le code pour être ajouté au répertoire et trouver des liens plus facilement cutie

Partagez | 
 

 poppy ~ out of the woods.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fée Clochette
ICI DEPUIS LE : 15/05/2016
MESSAGES : 88
MessageSujet: poppy ~ out of the woods.   Dim 15 Mai 2016 - 14:39

Pénélope "Poppy" Madison Cartwright
Informations du personnage
Nom : Cartwright, le nom de son père défunt. Elle est très fière de le porter depuis qu'elle est toute petite. ◦ Prénom(s) : Pénélope, mais elle préfère largement qu'on la nomme Poppy. Sinon son deuxième prénom est Madison mais elle ne préfère pas que les gens le sache. Cela fait trop gamine sage. ◦ Âge : vingtn-neuf ans. Au damne de sa tante, elle n'est ni mariée et elle n'a ni petit ami. ◦ Date et lieu de naissance : ici à Dublin, un soir d'hiver en janvier. Le vingt janvier plus précisément. ◦ Nationalité et origines : Elle est irlandaise mais elle a du sang anglais dans ses veines dû à sa grand-mère paternelle. ◦ Métier/études :Certains disent que c'est un métier d'homme, mais elle est très fière de travailler le bois et d'être menuisière. Elle a son propre atelier et a réussi à construire sa petite réputation dans la ville. ◦ Statut marital : Célibataire, elle ne se trouve pas jolie, et pour elle aucun garçon ne peut l'apprécier en tant que garçon manqué. Pourtant son associé et meilleur ami ne la laisse pas indifférente. ◦ Orientation sexuelle : hétérosexuelle. ◦ Groupe : La fée clochette ◦ Crédits images : belkovs
Anecdotes
01. Poppy elle adorait son père. Elle adorait quand il l'emmenait avec lui sur un chantier le week-end quand il travaillait et quand elle regardait par la vitre du pré-fabriqué les grues en action. C'était un moment privilégié et après en rentrant ils s'arrêtaient toujours à la boulangerie pour manger un pain au chocolat. En rentrant elle se faisait souvent disputer par sa mère car elle était pleine de trace de sable ou de ciment et plein de chocolat sur la figure mais elle s'en moquait. Son père s'était tout pour elle, alors quand un accident sur un chantier lui en a privé ce fut comme si elle avait perdu une part d'elle-même. Aujourd'hui encore, elle va au cimetière une fois par semaine, en mangeant un pain au chocolat, assise sur la tombe de son père à lui parler de tout et de rien. 02. Sa mère l'a confié à sa tante, ou plutôt abandonner, quand elle a trouvé le beau et riche Howard qui voulait bien d'elle. Une blessure qu'encore aujourd'hui Poppy n'arrive pas du tout à cicatriser. Elle s'est toujours demandé si elle puait pour que sa mère s'en sépare. Cette dernière lui a souvent dit qu'elle n'était pas assez joli et Poppy a développé un complexe par rapport à son physique, préférant largement s'habiller avec ses jeans et ses tee-shirt elle ne comprend rien en l'art de la séduction et sa tante a beau lui répéter qu'elle est mignonne, elle n'en croit pas un mot. Le seul qui lui a dit ça et qui l'a profondément touché, c'est Jeremiah. 03. Elle est très proche de sa tante, son oncle et ses deux cousins. En fait, elle les considère comme si ils l'avaient toujours élevé. Sa mère pour elle, ce n'est plus sa mère, uniquement par le sang et sa demi-soeur et son demi-frère elles ne préfèrent même pas leur parler et faire comme s'ils n'existaient pas, c'est bien mieux comme ça. 04. Elle a toujours su qu'elle voulait faire un travail manuel. Sa passion pour le bricolage l'a orienté directement vers le bois, où elle se sentait plus à l'aise qu'en mécanique. Elle a réussi à lancer son propre atelier à la sortie de l'école en prenant comme associé son meilleur ami et aujourd'hui ils arrivent à se faire une bonne petite réputation. 05. Depuis deux ans, elle s'est mise à porter des lunettes pendant le travail suite à un petit accident. Sa vue avait baissée et elle s'est rendue compte quand elle a failli se trancher un doigt. Heureusement que Jeremiah était dans le coin sinon elle aurait sans doute perdu un doigt en taillant du bois. Maintenant, elle ne quitte jamais ses lunettes au travail. 06. C'est un vrai garçon manqué, elle adore grimper aux arbres, courir à en perdre haleine et surtout se battre avec ses cousins dès qu'elle en a l'occasion. Elle aime bien passer ses dimanches à bricoler avec son oncle, à démonter des moteurs et à faire des étagères. Bref, rien de bien féminin. Boire un thé à parler de garçons, très peu pour elle. Elle se demande si elle est tombée amoureuse. Elle a bien eu des aventures de ci et de là, mais l'amour, c'est quoi ? 07. Poppy, elle dort peu. Elle a toujours eu des problèmes de sommeil depuis qu'elle est petite mais cela ne la dérange pas. Elle en profite pour cogiter sur des projets, pour inventer des choses. Son rêve, ce serait vraiment de créer quelque chose qui pourrait transformer la vie des gens, mais ce n'est pas gagné car pour les sciences, elle est très nulle. 08. Poppy est une grosse mangeuse, elle mange même plus que ses cousins. Cela les a beaucoup surpris dans un premier temps mais à présent ils se sont habitués, l'appelant même « l'ogresse », ce surnom vaut un coup de poing de Poppy dans leurs côtes à chaque fois. Ce n'est pas de sa faute si elle adore manger. 09. Elle déteste les riches. C'est plus fort qu'elle quand elle voit ce que l'argent a fait de sa mère. Pour elle, les riches sont tous des crétins stupides. L'argent ne fait pas le bonheur et elle préfère toucher un tout petit salaire, avoir un tout petit appartement mais se sentir bien dans sa vie. L'argent, les riches, très peu pour elle. 10. Au lycée, elle était très mauvaise élève. Sachant pertinemment qu'elle ne ferait jamais d'études supérieures à l'université, elle s'est mise à y aller que pour faire acte de présence mais son bulletin était catastrophique. Du coup, elle a été tapée sur les notes de l'intellectuel, monsieur premier de la classe Tobias Fitzgerald. Une vraie tête d'ampoule qui lui a sans doute sauvé d'un renvoi. Il a même été son premier petit ami. Un flop total.
Pourquoi ce groupe ?
Poppy elle a toujours espéré qu'un jour sa mère se rendrait compte de son erreur et qu'elle reviendrait la chercher. Elle pense encore qu'aujourd'hui elle pourrait se rattraper, mais en la voyant se pavaner, elle comprend aussitôt que les rêves, les espérances ne sont parfois pas atteint. Alors, elle continue de rêver par moment, de rêver à une vie où son père serait resté vivant, où ils auraient formé une belle famille et où son père lui dirait à quel point il est fier d'elle. Poppy, elle aime rêver mais elle se rend compte rapidement que la réalité ce n'est pas comme dans un rêve et que c'est parfois très difficile à vivre.
Qui se cache derrière l'écran ?
Pseudo/Prénom :vous me connaissez déjà, mais je m'appelle amélie ou alors silver sky ◦ Âge : cela n'a pas changé ahah ◦ Inventé, pré-lien ou scénario ? inventé  huhu  ◦ Comment connais-tu le forum ? je l'aime tellement que je le connais depuis un moment! ◦ Qu'en penses-tu ? je le kiff toujours  gué  gué  ◦ Acceptes-tu le doublon de prénom ? oui ◦ Un dernier mot :  :3  :3  :3  ◦ Pour le bottin :
Code:
<pr>Hayley Atwell</pr> → <a href="http://scareawaythedark.forumactif.org/u85"><psebt>Poppy Cartwright</psebt></a>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fée Clochette
ICI DEPUIS LE : 15/05/2016
MESSAGES : 88
MessageSujet: Re: poppy ~ out of the woods.   Dim 15 Mai 2016 - 14:40

« Citation »
J'avais l'oreille collée à la porte. Maman m'avait chassé du salon, elle avait ramené 'un nouveau papa' mais à croire que cela se passait pas du tout comme elle l'avait prévu. L'homme était plus âgé qu'elle et maman m'avait dit de monter dans ma chambre car ils devaient discuter de choses importantes, de choses d'adultes. J'avais six ans et j'étais donc partie, mais bien maligne, j'étais revenue mais derrière la porte. Mon père était décédé sur un chantier quand j'avais trois ans. C'était un grand ouvrier bien respecté mais un accident d'une grue avait eu raison de lui. J'avais perdu mon meilleur ami avec qui j'adorais aller bricoler. C'était très dur et moi, les nouveaux papas en général je ne les aimais pas. Et quelque chose me disait que j'allais encore moins aimer celui-là. « Bridget, je veux bien qu'on soit ensemble, mais la gamine... elle ne vient pas. » Ma gorge se serrait et je fermais les yeux. Maman ne me laisserait jamais. Elle ne m'abandonnerait jamais. Encore un que l'on ne reverrait pas. J'entendais quelques paroles mais les voix se rapprochèrent et je partis rapidement dans ma chambre en m'enfonçant dans mes draps. Non Maman ne m'abandonnerait jamais, elle m'aimait trop pour ça. Je dormais paisiblement. Le lendemain elle me prit la main, je n'avais pas vu le sac avec elle. Elle m'emmenait chez ma tante. J'étais toute joyeuse car j'adorais mes cousins. « Je te la laisse. » Elle me poussa à l'intérieur de la maison et je manquais de tomber. Je ne comprenais pas. Je ne comprenais rien. « Bridget, qu'est ce que ça veut dire ? » Sa sœur avait froncé les sourcils, me rattrapant de justesse pour ne pas que je me cogne le nez par terre. « Howard m'a proposé de vivre avec lui ! On va se marier ! Je n'aurai jamais cru lui plaire mais, en contre partie je laisse Pénélope. » Je fis de grands yeux. Je ne comprenais rien. Ma tante rentra dans une fureur sans faille, je ne l'avais jamais vu comme ça, mais maman ne rétorqua même pas, elle parti avec un grand sourire aux lèvres. Elle m'abandonnait. Pour un type. Howard c'était le genre de prince charmant que maman avait toujours rêvé : beau, riche, qui allait lui offrir mille robes de princesses. Je me mis à courir. « MAMAN ! MAMAN ! ME LAISSE PAS ! » Mais elle ne se retourna même pas. Je me mis à hurler et à pleurer toutes les larmes de mon corps, ma tante me pris dans ses bras. Pendant des jours je pleurais, mes cousins ne savaient même plus comment me consoler.

« MAMAN ! POPPY ELLE A GRIMPE DANS LE POMMIER ! » Je m'accrochais à l'arbre en le montant petit à petit. JE voulais toujours montrer que j'étais toujours la plus courageuse que mes deux cousins. Cela faisait deux ans que j'habitais ici et au final je m'y plaisais beaucoup. Je pouvais être comme j'étais : un véritable garçon manqué, qui adorait se bagarrer et bricoler avec mon oncle. Jasper était parti prévenir ma tante, quel peureux. Il n'avait juste pas assez de cran. Ma tante était sortie en courant dans le jardin en me regardant. « POPPY DESCENDS TOUT DE SUITE ! » J'avais pas envie. Je me posais sur une branche en les regardant d'en bas en rigolant. L'air de ma tante me disait qu'elle était loin d'être contente. On entendit sonner à la porte et elle partie pour ouvrir. « POPPY C'EST TA MERE ! » Je ne rigolais plus du tout. Je n'avais même plus envie de descendre. Ma mère. C'était un grand mot. Elle venait une ou deux fois par an et là ce n'était ni mon anniversaire, ni Noël. Je n'avais pas du tout envie de la voir. Elle était partie vivre avec son cher Howard et vivait une belle vie de femme riche. J'avais honte. Je descendis de l'arbre quand même pour aller la voir sinon j'aurai peut-être quelques reproches. J'étais avec mon vieux tee-shirt et mon jean que j’affectionnais beaucoup. « Pénélope ! » J'avais envie de vomir rien qu'à ce prénom. Maman n'était plus comme avant. Ses cheveux étaient à présent blonds, elle était beaucoup maquillé et portait des robes très chic. C'est sur quand on me regardait à côté je pouvais avoir l'air d'une pauvre fille trouvée dans la rue. Elle me prit la main. « Je l'emmène faire un peu de shopping. » « Bridget... » « Tu ne vas quand même pas m'empêcher de voir et de passer du temps avec ma fille Tracy ! » Elle rigolait d'un rire faux et elle m'embarqua. Je n'avais pas eu le temps de faire le moindre geste. Du shopping. Je détestais ça. Je préférais largement jouer au football avec mes cousins. Elle m'emmenait dans des boutiques pour enfants fortunés, cela se voyait rien qu'au prix. Elle pris des robes pour que je les essaye. Je me sentis tellement... honteuse. J'avais l'impression d'être déguisée. Une robe rose sérieusement. J'avais envie de pleurer en me voyant mais c'était pas le pire. « Oh tu es tellement mignonne Pénélope ! » Elle m'emmenait ensuite chez le coiffeur, ils me fit des nattes et je crus vraiment que j'allais pleurer. « Tu es tellement plus jolie comme ça. Une véritable poupée ! » Elle avait jeté à la poubelle mon tee-shirt et mon jean préféré. J'avais mal dans mes nouveaux souliers. Quand elle me ramena à la maison, Tracy avait fait de grands yeux. « Elle est tellement plus jolie non ? » Jolie ? Car je n'étais pas jolie à la base ? Je lui faisais honte ? Ma tante vit des larmes perlées au coin de mes yeux et me pris la main. « Va te faire soigner Bridget ! » Elle lui claqua la porte au nez et je me mis à pleurer à chaudes larmes. Je me sentais ridiculisée.

Je rentrais du lycée d'humeur joyeuse. Dans mes mains, j'avais la confirmation que l'an prochain je rentrais dans l'école de menuiserie de la ville. C'était un très grand souhait, je rêvais de travailler le bois et quand on m'avait demandé ce que je voulais faire après ma terminale, j'avais émis le souhait d'aller dans cette école. On m'avait regardé avec de grands yeux, mais mon oncle et ma tante m'avaient toujours encouragé à poursuivre mes rêves. Je rentrais dans la maison et j'entendis quelques paroles dans le salon. Mon sang se glaça. Elle était là. Qu'est ce qu'elle foutait là. Je laissais tomber mon sac et je rentrais dans le salon. Elle devait avoir une attaque en me voyant, je n'étais pas la petite princesse qu'elle souhaitait. Toujours en jean, en baskets je la fixais. Il était évident qu'elle se faisait faire de la chirurgie esthétique. Depuis son départ à mes six ans, elle avait eu deux autres enfants. Ces enfants je ne les considérais pas comme ma demi-soeur et mon demi-frère. Mes frères s'étaient mes cousins, et mes parents étaient maintenant ma tante et mon oncle. « Pénélope ! » Elle me souriait comme si de rien n'était et ma tante levait les yeux au ciel. La pauvre, elle avait encore du s'imposer dans son salon. « Je parlais à ta tante, de ta prochaine scolarité. Je voudrais tellement que ma jeune fille aille dans la meilleure université du monde. » « Je ne vais pas à l'université. » Le visage de ma mère se déconfit, et ma tante me sourit. « Tu as reçu ta réponse ? » « Oui je suis prise ! » Elle souriait, rayonnante de bonheur. Ce fut le même cas pour moi. « Et...dans quelle école tu vas aller ? » « A l'école de menuiserie. » Coup fatal. Même son botox ne pouvait pas masquer son sentiment. Elle ri. « J'ai cru mal comprendre. » « Tu as très bien compris. » « Enfin, ce n'est pas un métier pour une fille. » « Je t'emmerde. » C'était sorti tout seul. Elle restait bouche bée. Elle se levait en me regardant. « Excuse-moi ? » « Je t'emmerde. Tu as bien entendu. Tu as le culot de me laisser à tante Tracy quand j'étais gamine pour suivre un homme qui était beaucoup plus âgé que toi, tu m'as abandonné, ne venant que pour me ridiculiser en déclarant que je n'étais pas jolie, en me foutant des robes à froufrous comme si tu jouais à la poupée. Non, je ne suis pas une poupée. J'ai hérité de papa, et papa là à l'heure actuelle il doit avoir honte de toi ! Je m'en fous de ce que tu penses, je fais ce que je veux de ma vie, même si cela veut dire me rouler dans la boue et me battre avec mes cousins pour savoir qui est le meilleur. Retourne voir dans ta petite vie de princesse et laisse-moi en paix! » A la fin de mon petit discours je tournais les talons pour aller dans le garage pour annoncer à mon oncle que j'avais décroché ma place dans l'école et il fut très heureux. Mes parents, c'était eux. Personne d'autre.


J'étais la seule fille. De toute la promotion mais alors je m'en moquais éperdument. Evidemment cela avait étonné tous les garçons quand j'étais entrée dans la classe et certains n'avaient pas pu s'empêcher de railler en me demandant si je ne m'étais pas trompée d'école, si je ne voulais pas aller faire la cuisine et si je pouvais leur ramener des petits plats. Bonjour la mentalité. Pourtant, quand j'avais décroché la première meilleure note, ils avaient tous été dégoûté. Une fille était meilleure qu'eux et moi je jubilais. Bien sûr, j'étais souvent seule hors des cours car ils trouvaient ça bien étrange qu'une seule fille puisse venir ici. Ce fut comme ça pendant les premiers mois. J'avais ramené mon travail qui m'avait valu la meilleure note à la maison. C'était un nid pour oiseaux. Une petite cabane. C'était le premier devoir et j'avouais que j'étais bien contente. Les échardes dans mes doigts valaient le coup. « C'est magnifique Poppy ! » Mon oncle regardait le travail avec ses lunettes et l'examinait dans tous les sens. J'étais très fière de moi et surtout je m'épanouissais de plus en plus. Je ne voyais pas ma mère, j'essayais de ne plus la voir. Je croisais de temps en temps ses nouveaux enfants dans la rue mais je ne leur parlais pas, moi les riches je trouvais ça un peu grave. Les gens qui balançaient de l'argent à travers les fenêtres s'étaient inadmissible. Mon oncle accrochait la cabane à oiseaux dans le jardin. Au fil des mois, à l'école il n'y avait plus de blagues machistes, j'étais considérée comme une vraie élève. Ce qui changea ce fut le nombre de garçons qui vinrent me demander si on pouvait sortir ensemble mais je les envoyais tous paître. A croire que parce que j'étais la jeune fille j'étais un véritable bout de viande. C'était un peu lourd à force. « Poppy ? » Je soupirais longuement en me retournant vers celui qui m'avait adressé la parole. « Non je ne veux pas sortir, non je ne veux pas aller au cinéma ou quoi que ce soit, arrêtez tous de me prendre pour un morceau de viande ! » « En fait, je me demandais si on pouvait former un binôme pour le prochain devoir ? » « Ah. » Je me sentis rougir, la honte. Je venais de le disputer pour rien. Je relevais le regard. C'était Jeremiah, il était un peu plus âgé que nous mais il travaillait dur et je voyais bien que par moment il galérait un peu. Je fus quand même flatté qu'il me le demande car pour une fois je mer retrouverais pas toute seule. « Oui, d'accord. » Notre binôme fonctionna à la perfection et on s'entendait très bien. Très rapidement, on partageait toutes nos pauses déjeuner ensemble et on passait même du temps à l'extérieur de l'école. Il n'était pas comme les autres, il était simple.
« Je pense que tu devrais quand même mettre une robe Poppy. Tu es quand même major de ta promotion. » Ma tante me regardait, appuyée contre la porte de ma chambre. Les trois années étaient passées très vite. Mes études étaient terminées et j'allais recevoir un prix qui qualifiait toutes les trois années de mon travail acharné. Je ne savais pas comment m'habiller et quand j'entendis ma tante je la regardais comme si elle était malade. « Juste pour cette fois Poppy. » Je soupirais. Bon okay, j'allais faire un effort. Je pris une robe rouge et je mis même du rouge à lèvres et je me coiffais. On aurait dit une vraie fille. Cela me mettait mal à l'aise et les talons me faisaient mal aux pieds. « Tu es magnifique. » Je fis un sourire, mais on vouait que j'étais pas à l'aise. Quand j'arrivais à la cérémonie de remise des diplômes mes camarades ne dirent rien. Ils avaient l'habitude me voir en jean et en baskets alors cela devait être un véritable choc pour eux. Je fus heureuse d'avoir mon diplôme dans les mains et le soir je passais la soirée avec Jeremiah . Nous avions été sur la côte et on était assis sur des rochers. J'enlevais mes talons qui me faisaient un mal de chien. « Qu'est ce qui ne faut pas faire pour être jolie. » Je les laissais tomber dans le sable. C'était largement mieux et je détachais un peu mes cheveux. « Tu n'as pas besoin de tout ça pour être jolie. » Cette phrase me laissait stoïque un moment. Il me trouvait jolie ? Il devait se moquer de moi. Il me fit un sourire. Je n'arrivais même plus à parler pour le coup. Je me mis à regarder la mer, sans rien dire.


Je travaillais sur la réparation d'un violon pour une petite fille quand je fus importunée. A première vue, je pensais à un client mais franchement au vue de ses souliers fraîchement cirés, j'en doutais fortement. « Alors c'est donc vrai, la fille de la femme du meilleur ami de mon père est une pauvre qui travaille le bois. » Je lâchais mes outils, relevant la tête pour voir ce type qui venait de m'insulter. Un fils à papa. Bien évidemment. Arrogant qui se moquait des gens de classe moyenne. Crétin. Je ne répondis même pas, préférant reprendre mes outils pour continuer mon travail mais il avait pris le violon dans ses mains. « Dire qu'une demoiselle pourrait faire bien mieux. » « Rendez-moi ça ! » Il sourit, ne voulant rien me rendre du tout. J'avais une scie à porter de main, serait-ce un crime si je le tue ? Oui sans doute. Je commençais à me sentir agacée je voulus reprendre l'instrument mais il glissa et tomba par terre, se fracassant en mille morceaux. Irréparable. Au vue de mon visage, on vit tout de suite que c'était une catastrophe internationale. « Ce n'est pas grave, ce n'est que du bois. » Que du bois. Je le gifla. « Vous expliquerez ça à la petite fille pour qui cet instrument était tout ce qu'elle avait au monde ! » « Ce n'est même pas un Stradivarius ! Ce n'était que de la camelote. » Il me cherchait vraiment. J'imaginais déjà la petite fille pleurer à chaudes larmes et je perdais en plus un client. Comment allais-je expliquer tout ça ? Je sentis mon menton se relever, il avait approché son visage du mien. « C'est dommage qu'une si jolie fille daigne à pourri dans un endroit pareil. Je pourrais t'emmener dans un endroit de rêves. » Je le repoussais. « Dans un cauchemar oui ! Dégagez d'ici ! » Il se mit à rire. « On se reverra ! » Il sortit de l'atelier et je restais à regarder les débris sur le sol. Je me sentis insultée, et blessée. J'avais de la peine aussi pour cette petite fille à qui j'avais promis de réparer ce violon. Je sentis des larmes qui coulaient sur mes joues. « Poppy ? » J'essuyais mes larmes d'un revers de main, j'étais pathétique. « Qu'est ce qui se passe ? » « Rien. Rien. » Je me baissais pour ramasser les débris. Il s’assit à coté de moi. « Je vois bien qu'il n'y a pas rien. C'est le violon ? On va le réparer. » Je me mis à fondre en larmes. « C'est irréparable ! » « Poppy, ne te mets pas dans cet état pour un violon ! » Ce n'était pas pour le violon, mais cet homme m'avait insulté et c'était comme si ma mère était revenue une nouvelle fois dans ma vie pour m'humilier. Il me prit dans ses bras pour me consoler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Capitaine Crochet
ICI DEPUIS LE : 15/03/2016
MESSAGES : 934
MessageSujet: Re: poppy ~ out of the woods.   Dim 15 Mai 2016 - 15:03

Reeee huhu
Bon comme je t'ai déjà dit, j'adore le prénom faint
ET PUIS HAYLEY PUTAIN bug en plus tu parlais d'Eddie sur la cb blblblbl bl Pillars of the EAAAAAAARTH urock
Bon courage pour cette nouvelle fiche, si besoin tu connais la maison huhu hug



Bad timing tore us apart
Look, if you reject him now, he’s gonna make it his life’s mission to go out there and meet the most perfect, beautiful girl in the world just to try and get over you. And he’ll end up marrying this other woman and spending the rest of his life with her. And you know, he’ll tell himself that she’s perfect and he really must be happy, but she won’t be you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: poppy ~ out of the woods.   Dim 15 Mai 2016 - 15:17

reeeee :hi:
t'es bonnes huhu
j'ai hâte de pouvoir lire la fin de la fiche, en tous cas sa mère c'est un peu une méchante Arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fée Clochette
ICI DEPUIS LE : 15/05/2016
MESSAGES : 88
MessageSujet: Re: poppy ~ out of the woods.   Dim 15 Mai 2016 - 15:40

MERCI A VOUUUUUUUUUUUS guilt guilt guilt pika pika pika nanas nanas nanas nanas nanas nanas nanas nanas

et j'ai déjà fini Arrow :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: poppy ~ out of the woods.   Dim 15 Mai 2016 - 16:53

bienvenue par ici  pika
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fée Clochette
ICI DEPUIS LE : 12/03/2016
MESSAGES : 555
MessageSujet: Re: poppy ~ out of the woods.   Dim 15 Mai 2016 - 18:29

re-bienvenue chez toi petit chat leche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Capitaine Crochet
ICI DEPUIS LE : 15/03/2016
MESSAGES : 934
MessageSujet: Re: poppy ~ out of the woods.   Dim 15 Mai 2016 - 19:41

Bienvenue parmi nous !!
J'aime beaucoup ton histoire, le fait qu'elle soit menuisière, ça change, et j'adore ** Et j'ai trop hâte de voir le meilleur ami débarquer siffle

Te voilà validé(e) ! Mais ce n'est que le début de ton aventure sur SATD ! Tu peux maintenant créer ta fiche de liens pour qu'on puisse venir te proposer des liens avec les autres personnages ! N'oublie pas non plus de recenser le métier et le logement de ton personnage, ça peut aussi aider pour les liens. Tu peux par ailleurs créer le téléphone de ton personnage, pour plus de réalisme ! Et si tu as envie de t'amuser un peu autrement qu'avec les rps, et de connaître un peu les membres du forum, viens nous rejoindre dans la partie détente ! Sur ce, nous te souhaitons la bienvenue sur SATD, en espérant que tu t'y plaises et que tu t'amuses.



Bad timing tore us apart
Look, if you reject him now, he’s gonna make it his life’s mission to go out there and meet the most perfect, beautiful girl in the world just to try and get over you. And he’ll end up marrying this other woman and spending the rest of his life with her. And you know, he’ll tell himself that she’s perfect and he really must be happy, but she won’t be you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fée Clochette
ICI DEPUIS LE : 19/04/2016
MESSAGES : 1034
MessageSujet: Re: poppy ~ out of the woods.   Lun 16 Mai 2016 - 21:08

Reuh bienvenue !! mout


Δ WITH YOUR LOVE, NOBODY CAN DRAG ME DOWN
And yeah I’ve let you use me from the day that we first met but I’m not done yet falling for you fool’s gold © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: poppy ~ out of the woods.   

Revenir en haut Aller en bas
 

poppy ~ out of the woods.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» En vue d'un achat : Wario Woods sur NES en TBE
» Silvia Woods: la vraie manageuse!
» Through the Woods (PC)
» Poppy ca veut dire Coquelicot !
» [M12] Turbofog

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SATD :: Time to begin, isn't it ? :: Le commencement :: Fiches validées-